jeudi 9 avril 2015

Veggivore et Desserts vegan (LIVRES)




Je vous vois pouffer de rire, là, derrière votre écran. Je vous avais promis d'autres avis littéraires comme celui sur Modiano, et voilà, le temps passe, et je n'en parle plus, je reviens aux articles de recettes, et cela fait désespérément longtemps que vous avez fini Villa triste, et que vous êtes en manque de livres. (Au moins, vous êtes en manque littéraire mais le ventre plein. C'est déjà bien.)
Et là, j'arrive avec deux livres, mais deux livres qui se mangent... Honteux.
Donc, me revoilà aujourd'hui, non avec une recette, mais avec deux avis gourmando-littéraires. C'est que, voyez-vous, les livres de recettes pleuvent dans mon chez moi ensoleillé, et peu trouvent vraiment grâce à mes yeux (je veux dire, certains sont dégustés, mais d'autres sont dégustés jusqu'à la petite cuillère et la dernière miette, vous saisissez), alors, lorsque j'ai un coup de cœur,  je ne peux pas résister à vous en faire part.

Les deux ont fait grand bruit dans la blogosphère (ce mot m'a toujours fait rire. Oui, il y a une sphère à part, la vérité est ailleurs, incroyable, Scully, ils existent, je les ai rencontrés, bref.), un grand bruit dans le monde de la culinosphère (soyons fous), voire le monde tout court (voyons grand.)
Tous deux ont un succès fou et n'ont guère besoin de ma promotion. Ce n'est donc pas une promotion que je fais là, mais je me permets simplement d'exprimer mon avis qui, sait-on jamais, peut en inspirer certains...

Je tiens à préciser que je n'ai rien reçu pour cet article, que tous les propos ici-dessous sont totalement libres, et que je le fais juste pour partager avec vous 2 coups de cœur. 






Veggivore 

(Clotilde Dusoulier)

 

 

Veggivore est la version française de l'excellent The French market cookbook, paru en anglais en 2013, et rédigé par Clotilde Dusoulier du blog Chocolate and Zuchini. Dans ce livre, Clotilde propose plus de 80 recettes au fil des saisons, qui s'appuient sur des recettes traditionnelles françaises en faisant la part belle aux fruits et légumes. Les recettes sont toutes végétariennes, et parfois végétaliennes (ou végétalisables), et parfois sans gluten.
Il est de ces livres qui deviennent rapidement une excellente base, et je crois que je ne m'attendais pas à ce qu'il m'apporte autant. Si vous êtes familiers du style de Clotilde sur son blog, sa plume allègre, sa joie communicative à nous conter l'origine et la pratique de ses recettes quotidiennes, attendez-vous dans ce livre à une grande bouffée toute Clotilde-way. Je suis réellement admirative de sa capacité à teinter ses recettes en quelques mots d'une histoire brève (ce qui n'est pas mon cas, grands dieux, j'ai du mal avec la brièveté de mes articles) mais alerte et légère, qui donne encore plus envie de cuisiner la recette en question et de lire la suite du livre pour en découvrir d'autres. J'ai adoré son anecdote autour du biscuit de Savoie dans un grand salon de thé parisien, ou ses histoires d'enfance autour des pâtes, ou encore ses comparaisons entre les basiques anglos-saxons et les nôtres (l'idée selon laquelle la quiche est un plat chic et un peu exceptionnel outre-atlantique, alors qu'elle reste en France un plat familier et familial.) Car c'est là tout de même que Clotilde excelle : en prenant le temps, elle réfléchit sur ce qui fait la "base", le "familial" de sa cuisine. En tant qu'ambassadrice de la cuisine française aux États-Unis, elle revient sur les essentiels, et parvient en 200 pages à proposer un éventail  très complet de recettes toutes simples, réellement à adopter dans la vie de tous les jours.

J'avais une peur : celle de trouver un livre qui au départ n'était pas fait pour être en français, et donc de trouver des petites règles de bases qui seraient un peu évidentes  pou nous. (Qu'est-ce qu'une endive, qu'est-ce qu'une béchamel, qu'est-ce qu'une ratatouille...) Mais j'ai été vraiment charmée, parce que, d'une part, on ne relit jamais assez les évidences (et les descriptions de Clotilde sont loin d'être ennuyeuses, il y a toujours quelque chose à apprendre), et d'autre part, j'ai découvert plein de petites choses sur telle ou telle recette dite "de base", et cela m'a donné envie de revenir au simple et à l'essentiel. Une poêlée de flocons d'orge aux carottes, des champignons farcis aux prunes et aux noisettes, des petites tartelettes aux fraises avec une base toute ronde et sablée...Vous hésitez encore?

L'organisation est parfaite : elle est par saison, ce qui est un idéal de tout bon livre de cuisine en passe de devenir un habituel outil à dégainer chaque jour du placard, et à ranger à côté du Ginette Mathiot.

Vous l'aurez compris, j'ai adoré ce livre. Un bon livre de cuisine est un livre que l'on prend plaisir à feuilleter, et je l'ai réellement lu comme un roman. Un bon livre de cuisine est également un livre qui donne envie... de cuisiner, cela semble aller de soi, mais ce n'est pas si évident. Lorsqu'en moins d'un mois après l'achat j'ai déjà expérimenté une dizaine de recettes, je me dis que vraiment, c'est un livre réussi... (pour moi, en tout cas!)


























Les points positifs

J'ai adoré l'humilité de ce livre. J'entends par là que les livres de cuisine bio/végé sont parfois un peu réservés à des avertis, ou pleins de recettes très jolies mais irréalisables si l'on n'a pas de matériel incroyable, ou trois jours devant soi à passer en cuisine, ou la dextérité de Michalak. (Ou les trois à la fois.) Ici, on en revient à la base, au simple, au familial, à l'essentiel, et cela m'a fait du bien. Cela m'a fait du bien de (re)voir une bonne vieille recette de gratin de chou fleur au curcuma, ou une super jolie tatin de poireaux, et, oui, cela m'a donné envie de les faire là tout de suite pour le dîner de ce soir, histoire de faire un très très bon plat de base pour se régaler simplement. J'ai aussi beaucoup aimé le fait que ce livre rappelle que les vraies recettes de "terroir", ou de "famille", sont naturellement des recettes végétariennes, voire -liennes, voire sans gluten, sans que l'on y ajoute un substitut, du tofu, beaucoup de fromage, de la levure maltée ou de la spiruline. Clotilde le dit : le réflexe d'ajouter du fromage à une recette végétarienne n'a pas voie de coutume chez elle, et c'est tant mieux...





Les points négatifs

Bon, cela ne tient qu'à moi, mais... J'avoue que je n'aime pas du tout la couverture! Je préfère de loin sa version première, ici... Le titre me chiffonne un peu, je n'aime qu'à moitié le néologisme, qui pourrait de surcroît faire croire que ce livre n'est qu'un manuel pour manger des fruits et des légumes alors qu'il est vraiment beaucoup plus. Et puis, petit bémol également sur les photos, qui ne sont pas à la hauteur, à mon tout petit avis, même si c'est sans doute un détail.
Enfin, ce n'est pas vraiment un point négatif, mais je reconnais que j'adore voyager avec un livre de cuisine, j'adore les recettes inspirées d'autres pays et d'autres cultures. Évidemment, ce n'est pas le cas ici, puisque c'est précisément un livre de recettes très françaises (à part quelques exceptions comme ces verrines à la manière d'un café libanais totalement irrésistibles) mais le but est autre, et c'est finalement le fait d'avoir accroché à un tel livre qui m'a surprise et qui m'a plu.


 

 

 

25 desserts vegan

(Marie Laforêt)

 



Alors là, les cocos, c'est du lourd. Du très lourd. Sérieusement, je crois que depuis longtemps je n'étais pas autant tombée sous le charme d'un livre culinaire.
Pourtant, je doutais. (Pardon, Marie, si tu me lis un jour!) J'avais adoré le gros Vegan, mais toutes ses recettes sucrées ne m'avaient pas convaincue, je ne sais pas pourquoi. Vraiment, j'ai du mal à en trouver la cause, sans doute étaient-elles trop éloignées de mon quotidien, de mes habitudes et de mes envies en matière de sucré. Donc, bon. Je suis restée également, bien que sincèrement admirative, un peu à la marge des 25 assiettes vegan, très jolies, qui avaient tout pour plaire, mais que je n'ai pas cuisinées. (Là encore, je ne sais pas trop pourquoi. Encore une fois, peut-être trop loin de mes envies, ou tout simplement de ce que j'attends d'un livre de cuisine. Vous l'aurez compris, j'aime bien les histoires et les mots, et dans ces petits de chez La Plage, il n'y en a pas beaucoup, ce n'est pas l'idée. C'est peut-être ce qui me manque. A trop vouloir être efficace, cela ne l'est plus, enfin pas vraiment pour moi, même si je suis sûre que pour beaucoup ce n'est pas un souci.)
Donc, bon, j'adore puissance mille le travail de Marie, et j'ai acheté ce livre du bout des doigts en me disant que j'allais sans doute peu le cuisiner.
Et là, bam.
Révélation, je crie ton nom.
J'ai a-do-ré.
Tout est dans le titre : le livre de Marie Laforêt du blog 100% végétal nous propose 25 recettes de desserts totalement végétaliennes... gageure de pâtisseries/entremets sans lait, sans beurre, sans œufs.
Les photos magnifiques s'enchaînent et les idées avec elles, les cookies matcha-amande-chocolat, les cannelés à la rose, le pain perdu façon banoffee... A chaque page, j'avais envie de crier "bon sang mais c'est bien sûr" (et de filer en cuisine juste après, voire les deux en même temps.). Chaque recette relève d'une idée de génie, qu'il s'agisse de l'association (speculoos + marrons glaçés, sésame noir + rose  + framboise...)  ou de la forme du dessert lui même (un dôme de pêche sur un sablé pistache, une panna cotta dressée sur une base de génoise...), ou de son adaptation en version végétalienne (grâce à mille astuces, que je vous laisse découvrir!)
J'ai beaucoup aimé que Marie, dans son introduction, renonce à faire un tableau de "comment remplacer les oeufs", expliquant qu'il faut adapter chaque recette et que tout dépend de la mission qu'avaient les œufs dans la recette de départ. J'aime bien me dire qu'il n'y a pas de règle en cuisine et que celui ou celle qui nous offre sa recette nous fait part d'une formule magique qu'on ne peut pas adapter avec un petit théorème trop simple, comme lorsque l'on essaie de traduire un texte avec Google traduction et que les mots mal traduits mis bout à bout ne veulent plus rien dire.
Je ne suis pas strictement végétalienne, pour plusieurs raisons, mais je suis totalement fan de toutes les recettes de ce livre, vraiment. Je crois que c'est une force de pouvoir proposer un tel livre qui donne envie de cuisiner végan (et non qui proposerait de pâles substituts de desserts "normaux" comme une ordonnance d'ersatz un peu tristes). Non, non, rien de triste, que du joyeux, du gourmand, du moderne, du croustillant, du fondant, enfin, bref, une tuerie. (N'ayons pas peur des mots.)
J'ai cuisiné le jour-même de l'achat. Et le lendemain. Et le surlendemain. C'est bien simple, j'ai envie de TOUT tester, et cela faisait très longtemps qu'un livre ne m'avait pas fait un tel effet, effet accru par le fait que les recettes sont toutes plus délicieuses les unes que les autres, dégustation après dégustation.




L'organisation est tripartite : Les rustiques, les élégants, et les décadents. Ma préférence va directement aux premiers, et j'ai un tout petit peu moins aimé les décadents (je dois être plus roots que food porn, entendez par là que je préfère les plats rustiques et simples à ceux qui dégoulinent de sauce, de coulis ou de chocolat. Chacun ses goûts, je suis certaine que d'autres seront fous devant le layer cake totalement décadent avec le chocolat qui coule dessus-dedans-sur-le-côté! )
Quoi qu'il en soit, je crois que l'on peut facilement faire fi des parties et piocher ce qu'on veut quand on veut, parce que chacun des desserts peut devenir dessert quotidien ou dessert de fête, en fonction de son adaptation (selon nos placards) et de sa présentation.





Les points positifs
Tout.
Non, sérieusement, j'ai adoré, les photos sont sublissimes, les recettes claires, facilement réalisables, et surtout, faut-il le rappeler, ce sont toutes des grosses tueries qui DECHIRENT OMG de délectables petites choses.
Je disais que j'avais du mal avec les livres de cuisines "efficaces", et pourtant celui-là l'est (mais il l'est bien, c'est peut-être la différence, ne cherchez pas). Il porte bien son nom, le défi est relevé, les parties sont bien choisies et excellemment bien composées.
Dernier point qui fait que je suis totalement folle de ce petit livre-trésor : l'adaptabilité des recettes. J'adore que dans un livre de cuisine, on puisse non seulement suivre à la lettre une recette de son alpha à son oméga, mais encore reprendre tel ou tel détail pour s'en inspirer et faire autre chose. Par exemple, on peut reprendre le principe génoise en cercles + pannacotta + fruits frais et l'adapter selon la saison, ou même faire la génoise toute seule, ou la pannacotta à part un soir de semaine ;  on peut se ressaisir de l'idée du cobbler avec d'autres fruits voire de farines, ou faire un crumble cake à tout ce que l'on veut.
CHAQUE recette peut être adaptée aux fruits de la saison, ou aux farines que l'on a dans ses placards, et même devenir un goûter, ou un petit déjeuner. CHAQUE recette (ou presque) peut être déconstruite pour proposer plusieurs recettes différentes (pain perdu + sauce caramel + chantilly = trois trucs à tester, ensemble ou non...)



Les points négatifs

Très honnêtement, j'en vois peu. Peut-être le manque de mots que j'évoquais plus haut. Mais c'est compensé par la perfection des recettes!





Clotilde Dusoulier, VEGGIVORE, Hachette éd.
Marie Laforêt, 25 DESSERTS VEGAN, La Plage éd





Et vous? Avez-vous lu, aimé ces deux livres? 
Dites-moi si vous voulez voir d'autres avis comme celui-ci, je ne sais pas trop si cela peut vous intéresser! D'ailleurs, si vous avez des suggestions sur d'autres livres dont vous voudriez que je parle...
Oh! Pour finir :
la vie est courte, soyez gourmands!







24 commentaires:

  1. Bonjour Cél,

    Avant toute chose, je ne sais plus si je l'avais déjà précisé, en bonne lectrice de l'ombre que je suis, mais j'ai beaucoup aimé tes articles sur la cuisine italienne où tu as exprimé tout ce qui se trouvait dans les replis de mon cerveau mais que je ne savais pas retranscrire, et aussi ton article "lecture" (je suis impatiente d'en lire de nouveaux).

    J'aime beaucoup le livre de Clotilde que j'ai en anglais (je préfère aussi son titre et sa couverture anglophone). Comme tu le dis justement, c'est un livre dont je me sers souvent comme base, j'y reviens quand mes préparations "dérivent" un peu au fil du temps par habitude et/ou flemme. Contrairement à la plupart de mes autres livres de cuisine, j'ai réalisé pas mal de recettes de celui ci!!! oui oui, c'est assez rare pour être souligné mais je ne fais souvent que regarder et reste dans une certaine velléité. Pas ici !
    Et comme tu le décris très bien, j'apprécie vraiment la plume de Clotilde (en anglais aussi), et les petites histoires qui accompagnent les recettes, souvent pleines de tendresse, presque de nostalgie.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Merci beaucoup Peggy, ton commentaire me fait très plaisir!
      Ah, de la nostalgie, c'est vrai, je suis assez d'accord... En tout cas, ses histoires plongent dans une jolie rêverie et invitent à réfléchir à notre passé culinaire (ou non culinaire, d'ailleurs!), et c'est une jolie richesse.

      Supprimer
  2. Personnellement j'ai lu uniquement les mentions rayées (non c'est pas vrai) bel article ça donne envie de cuisiner :-)

    RépondreSupprimer
  3. Quel bel article! Merci! C'est pas si souvent que je lis des revues aussi complètes sur des livres de cuisine, et je trouve que l'exercice est loin d'être évident, bravo donc!

    RépondreSupprimer
  4. J'ai acheté Veggivore à sa sortie et j'adore toujours autant. Je crois que je l'utilise 2 à 3 fois par semaine. Ce qui est rare pour un livre de cuisine... Merci pour cet article.

    RépondreSupprimer
  5. Hummm gratin de chou fleur!!! Je ne connaissais pas Veggivore, je vais peut-être me laisser tenter. J'ai toujours un peu de mal à m'offrir des livres de cuisine, car j'adore les lire et saliver devant les photos, mais je réalise rarement les recettes. Pour 25 desserts vegan je me tâte encore plus car je mange très rarement des desserts. Je finis souvent mon repas par un fruit ou juste un thé. Et comme je ne cuisine que pour moi, si je ne mange pas ce que je prépare, ça part à la poubelle et ça j'aime pas! En tout cas, je suis preneuse d'autres articles "critique littéraire" que ce soit du Modiano ou de la cuisine! J'aime ton éclectisme! :-) Bon dimanche! Eloïse

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Ah oui si tu n'aimes pas les desserts, effectivement, ce n'est pas le livre idéal! Mais qui sait, peut-être seras-tu tentée quand même...
      Merci beaucoup pour ton avis Eloïse, il m'encourage beaucoup! Bonne journée!

      Supprimer
  6. Oh, merci pour ce billet et ces éloges Céline, je suis vraiment ravie que Veggivore te plaise et que tu l'utilises effectivement au quotidien, c'est un peu le rêve ultime de tout auteur de livre de cuisine ! J'ai mis beaucoup de soin et pris neaucoup plaisir à adapter la VF pour mes lecteurs francophones (le luxe de se traduire soi-même !) et c'est vraiment chouette de savoir que le résultat fait mouche.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Oh là là je suis rouge comme une tomate d'avril de voir que tu es passée ici Clotilde, et surtout très très heureuse que mon "merci" soit parvenu jusqu'à toi! Le résultat de ton travail est tellement admirable, tous les lecteurs qui ont commenté ici ou ailleurs ont approuvé! :)

      Supprimer
  7. Coucou jolie Cél !
    Hé bien peut être qu'ils sont connus ces livres, toujours est-il que leur renommée n'est pas arrivée jusqu'à mes oreilles.
    C'est celui de Clotilde qui me tente le plus, sans doute pour l'aspect histoire, mais comme j'ai plein de livres de cuisine et que je ne les utilise que peu, je ne vais pas investir pour l'instant.
    Surtout que là je joue à Tetris format appartement, qu'il faut que je fasse des choix pour faire plus de place, alors même si c'est petit un livre il faut rester raisonnable...
    (Bonjour, je suis Mnêmosunê et je raconte mes problématiques d'espace en 856 423 mots sur les blog des autres).
    Ceci dit, je suis toujours contente de lire tes mots, qu'ils soient de la fiction, une critique de roman ou de livres de cuisine :-)
    Bisous jolie Cél, bonne semaine !

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Ah ah ouiiiii, je connais le tétris format appartement! Ici en matière de logement j'ai beaaaaucoup de chance (et des projets, dont je reparlerai peut-être, mais je ne suis pas trop sûre que cela vous intéresse!)
      Tu es trop trop gentille, merci mille fois! Bonne semaine à toi aussi!
      PS : j'ai trouvé des renoncules hier et j'ai pensé à toi! :)

      Supprimer
  8. Veggivore me fait envie, la couverture est superbe !

    RépondreSupprimer
  9. Quelle belle introduction à ces deux livres ! Je ne dois pas me balader au bon endroit sur la blogsphère car figure-toi que je n'avais jamais entendu parler de Veggievore, ni même du blog de Clotilde ! Quant au petit dernier de Marie-Laforêt j'ai pu le feuilleter en librairie et j'espère bien l'avoir un jour dans ma collection ! Comme toi, autant je n'ai pas été inspirée par les recettes sucrées de Vegan, autant celles que j'ai vu dans 25 desserts vegan m'ont donné envie ! C'est toujours un plaisir de te lire, merci :-)

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. QUOI mais le blog de Clotilde est une institution ;) Je suis ravie de te l'avoir fait découvrir! Et pour le petit desserts vegan, ah là là, un petit bijou! C'est un plaisir de te lire aussi Natasha, merci!

      Supprimer
  10. Veggivore, je voulais me l'offrir, mais je l'ai trouvé absolument très cher (les livres à Montréal sont hors de prix, vraiment), du coup je vais me l'offrir quand je serai en France cet été. J'adore le blog de Clothilde, j'adore sa manière d'écrire la cuisine, alors je devrais être aussi sous le charme !
    Pour l'autre, je viens de m'acheter le gros Vegan, de Marie Laforet, qui est absolument sublime (évidemment je n'ai encore rien cuisiné, mais j'ai déjà lu toutes les recettes)(mon livre de chevet est un livre de cuisine, tout va bien), mais il me faisait de l'oeil (je sais pas trop où j'en suis de ma phrase, pardon).
    Bref, euh, voilà.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Oh, je ne savais pas que les livres étaient plus chers à Montréal, je découvre une aberration de la mondialisation! J'espère que tu pourras vite faire le plein en France, alors.
      C'est drôle, je me demandais qui était "Camille", et je n'ai pas eu besoin de cliquer sur ton nom, je t'ai reconnue au style. (Et ça, quand même, ça déchire, non?)
      Vegan a été également mon livre de chevet (tout va bien pareillement), et j'espère que tu pourras vite le cuisiner, ça vaut vraiment le coup de cuillère.
      Bref, merci :)

      Supprimer
  11. Ben voilà, maintenant j'ai envie de lire Veggivore et le Gros Vegan absolument !!!
    Parce que le dernier me fait aussi très envie, mais je ne mange pas de gluten et j'ai peur que les recettes soient principalement avec la farine de blé. Et puis de toute façon, je suis plus salé que sucré.
    Mais tes descriptions sont très complètes et donnent vraiment envie. (je découvre ton blog auj grâce à Mely du Chaudron Pastel et je dois dire que je suis fan !) Bises

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Les recettes sont à base de farine de blé souvent, mais il suffit de les faire twister, je pense que tout est facilement déglutenisable! Tu peux toujours te familiariser avec le style culinaire de Marie Laforêt avec le gros Vegan et voir ensuite, mais je serais vraiment surprise qu'il ne trouve pas grâce à tes yeux.
      Je suis ravie que cela te plaise, Zelda, merci beaucoup, et bienvenue ici!

      Supprimer
  12. Com bis : bon ben ça y est j'ai craqué pour le premier (prix abordable en plus) !!

    RépondreSupprimer

*Merci de vos mots! *