vendredi 13 mars 2015

Réciproque + biscuits au thé (vegan et sans gluten)






Je ne sais pas vous, mais moi, une idée me rend un peu triste.





Dans notre monde où tout ne tourne pas toujours rond, la conception mercantile et les valeurs pécuniaires évoluent. On n'a jamais autant parlé de l'entraide, du partage de choses et de savoirs.
Se multiplient les sites qui proposent à des particuliers d'échanger, échanger des biens, échanger des services. Propose co-voiturage contre café et croissant, propose garde d'enfants contre cours d'anglais, propose repas chaud contre scoubidou, propose retouche couture contre réparation de vélo (paire de bretelles en sus).
Et l'on échange sa maison contre tel être du bout du monde, ou ses lunettes de soleil contre un sac de marque. C'est merveilleux, on essaie d'avoir le moins possible besoin de raisonner en euros, en dollars, en espèces sonnantes et trébuchantes, et davantage en actes.
A première vue, c'est très bien.
C'est sûr.

 


Cependant, ce qui me dérange avec tout cela, c'est que l'on perd de vue le don, le vrai.
A multiplier les gestes d'entraide qui attendent une réciproque, on finit par doucement gommer le réflexe de l'aide tout court, sans partage, gratuite.
Devant ces postures très actuelles qui prônent le « partage » écologique, envahissant les revues bio et les livres de penseurs à la mode, j'ai peur. Peur qu'au nom d'une société « nouvelle », on tombe finalement dans un élan régressif d'une société schtroumpf dans laquelle on a l'impression de fuir l'argent mais où, au final, on tombe dans le même travers que toute société aux finances bien réglées : celui du donnant-donnant.
L'autre jour, une amie très bio me proposait de partager des cours de yoga, qu'elle donne par ailleurs, contre des cours de cuisine, parce que je lui proposais de lui apprendre quelques astuces. J'ai été gênée de sa proposition. Parce que lorsque je lui avais proposé de l'aider en cuisine, cela n'attendait pas de répartie, c'était une proposition toute pleine de gentillesse. Non que son réflexe ne soit pas « gentil », et j'adorerais qu'elle me « donne » des cours de yoga... Mais, précisément, j'adorerais qu'elle me les « donne ». Pas qu'elle me les échange. Je me suis sentie confuse de penser que je préfère encore payer concrètement un cours de yoga auprès d'une femme qui ne sera que mon professeur, et, le lendemain, passer un vrai moment avec cette amie qui sera un moment d'amie et non de « donnant-donnant ». Et au nom de cette envie, je préfère utiliser l'argent, le vrai, à condition d'en faire une utilisation raisonnée, plutôt que le « partage » en vogue, tout alléchant qu'il soit.



J'ai la chance d'avoir grandi auprès de personnes qui m'ont toujours rappelé l'importance du don, du vrai. Cela paraît très bien pensant, comme article, et même cucul sur les bords, mais je crois que certaines choses doivent être répétées, et si j'ai la chance d'être un peu lue, alors je la saisis pour le dire, encore : arrêtons de penser en « contrepartie »...
Récemment, j'ai découvert la plate-forme ulule, à l'occasion d'un véritable petit diamant qu'il faut aider. (J'en ai parlé ici.) Je le redis, je trouve cela magnifique que de pouvoir porter à bout de bras un projet d'auto-édition, d'auto-production, de livres, de musiques, de films. (Et celui-là, portez-le, faites-le monter encore plus haut, je ne le dirai jamais assez.) Mais une chose m'a attristée : là, encore, sur le petit coin, si, regardez-bien... sont proposées des « contreparties ». Les voilà. Encore elles. Oh, ne me faites pas dire ce que je n'ai pas dit : je ne blâme pas les artistes qui les proposent, parce qu'elles sont des aides magnifiques, ni même les plate-formes qui les mettent en place, et encore moins les « acheteurs » qui trouvent en elles des petites étincelles de motivation au don et d'un remerciement...logique, après tout , je le conçois.
Mais, voilà, cela me donne envie d'espérer, de revendiquer une autre société. Et je n'ai qu'une envie, celle de vous encourager à donner sans contrepartie, pour ce projet, et tout partout autour de vous.
Ne laissez pas notre société schtroumpf s'épanouir dans cette nouvelle version du mercantilisme.


Échangeons moins, donnons plus.










 J'ai imaginé ces biscuits pour qu'ils épousent joliment un petit moule indien, un trésor que j'avais trouvé à Paris dans un magasin plein de bric à brac qui s'appelle "La route de la soie", face au jardin des Plantes. C'est un tout petit moule en bois qui doit avoir au moins un siècle d'âge, il est tout usé, le bois est irrégulier, et je rêve pendant des heures en le caressant, imaginant les mille et une nuits des familles qui l'ont utilisé. Lorsque je l'ai acheté, je faisais des petits bonds dans la rue en sortant du magasin et en le gardant dans les mains.

Si vous n'en avez pas, une simple fourchette fera l'affaire... ou rien du tout, et ce seront des petits palets tous ronds et vraiment délicieux! Ils sont peu sucrés, et l'on sent bien les arômes des oléagineux et du thé : si vous les aimez plus sucrés, augmentez légèrement le sucre. Ils sont vraiment très faciles à faire, ne nécessitent rien de farfelu et se conservent très bien...

J'ai tellement adoré ces biscuits que je les ai faits plein, plein de fois. Je crois que ce qui déchire tout, c'est cette alliance entre la noix croustillante, la noisette, leur consistance juste moelleuse comme il faut, et cette pointe de thé à la menthe qui les parfume avec délicatesse et vigueur à la fois. Je ne sais plus à quand remonte ma première tentative d'intégrer du thé dans des biscuits, je crois que c'était pour suivre une recette italienne, et je m'étonne du peu de gens qui pratiquent cela parce que c'est absolument délicieux. J'ai choisi un thé vert à la menthe qui s'accorde merveilleusement bien avec les noix et l'amande, mais si vous n'en avez pas, vous pouvez très bien utiliser n'importe quel thé...



 

Biscuits au thé

(vegan-sans gluten)


(Pour 12 à 15 biscuits)

200g de farine de petit épeautre
40g de poudre d'amandes
80 g de sucre complet
1 càc de bicarbonate de soude
1 œuf de lin (1 c.à s de graines de lin moulues, mélangées à 2càs d'eau tiède)
3 càs de purée d'oléagineux (je mets 2 de noisettes et 1 d'amande)
1 verre de cerneaux de noix
2 càc de thé (vert à la menthe)

Préchauffez le four à 170°.
Mélangez tous les ingrédients dans l'ordre. Formez une boule malléable (ajoutez de l'eau au besoin).
Formez des noix de pâte, et étalez-les en petits palets. Striez-les à l'aide d'une fourchette (ou d'un moule).
Sur une plaque habillée de papier cuisson, faites les cuire environ 20 minutes.
Les biscuits se conservent très bien une semaine dans un grand bocal.

 




Je vous souhaite beaucoup de dons et de douceur.





29 commentaires:

  1. J'aime TELLEMENT cet article, Cél...
    Je t'avoue que je n'avais jamais réfléchi à la question. Enfin, je ne m'étais jamais dit que cette profusion d'échanges avait quelques points négatifs : j'ai toujours trouvé cela formidable de pouvoir échanger, apprendre l'un de l'autre, rencontrer des personnes, dans un cadre autre que celui de l'argent. Après, je n'ai jamais fait cela, je ne sais pas ce que ça donne 'en vrai', mais je pense que ça doit beaucoup dépendre des personnes.
    Ça me fait penser que, à la maison, quand je fais quelque chose pour aider, que ce soit fendre du bois ou faire un truc dans le jardin, je ne demande jamais de contre-partie. Il y a eu des périodes où je le faisais, mais c'était plutôt sous l'influence de mes amis qui, eux, gagnaient 20€ quand ils rangeaient du bois... Et c'était vite oublié, non pas que mes parents ne voulaient pas me les donner, mais c'est moi qui oubliait de leur demander. Par contre, ma sœur, elle, ne manque de le faire savoir, je ne dis pas que c'est bien ou mal, juste que ça dépend vraiment des personnes, certaines aiment bien avoir l'argent et d'autres n'en ont STRICTEMENT rien à faire. Ceux qui n'hésitent pas à demander sont presque sûrs de ne pas se faire marcher sur les pieds et ils savent ce qu'ils veulent, alors que moi c'est plus parce que j'aime faire tout ça qu'autre chose.

    Du coup je me dis que peut être cette idée d'échange est un début de don, je trouve que c'est déjà un grand progrès par rapport à l'achat. Peut être que ça aboutira à une nouvelle relation entre les gens, pas celui du donnant-donnant, mais plutôt de la gratuité. Les habitudes monétaires sont déjà bien ancrées, il leur faut peut être du temps pour se détacher un peu... Donc c'est grâce à des articles comme le tien que les choses changent !
    Enfin, je suis désolée pour le pavé !

    En tout cas, tes petits biscuits ont l'air trooooop bons, et j'ADOOOOORE ton petit emporte pièce trop chou, il est vraiment trop joli ! Je n'avais jamais pensé mettre du thé dans des biscuits, il faudra que j'essaye !

    Bisous Céline, et bonne journée ! :)
    (déjà une semaine de passée !! ;-) )

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Rooooooooh Gaëlle, tu es la choupinoute des choupinoutes.
      Voilà.
      (J'allais finir ma réponse ici, mais je vais quand même réagir un tout petit peu plus :))
      Tu as totalement raison, la multiplication des échanges est tout à fait positive, c'est ce que j'écris d'ailleurs. Je trouve que la facilité grandissante que nous avons tous (ou que nous pouvons avoir) pour échanger, notamment grâce aux nouveaux médias, est un vrai progrès.
      Je voulais juste tirer une toute petite sonnette d'alarme pour rappeler qu'échanger, c'est bien... mais que donner, c'est mieux. Toi, tu es une vraie généreuse, et c'est naturel, pour toi, mais j'ai peur que dans l'ensemble, on l'oublie... On oublie tout cela, et on ait l'impression d'être généreux en 'échangeant", alors que ce n'est pas vraiment le cas! :) Ton coeur grand ouvert est une vraie qualité. Un don, puisqu'il en est question.
      (Et oh, tu m'as fait rire avec tes histoires d'argent de poche! Chez moi, quand j'étais petite, il était absolument hors de question d'être "rémunérée" pour le moindre service : à chacun de faire tourner la maison, sans contrepartie... Et par ailleurs, nous avions de l'argent de poche ou des cadeaux, mais qui étaient également des "dons", qui n'avaient pas de rapport direct avec des actions! Je crois que c'était très sain, et je mesure ma chance! :))
      Mais comme tu le dis, si l'on ne demande jamais rien, (et c'est ce que j'ai découvert en rentrant dans le monde du travail), on finit par être dépassé(e), une bonne poire qui n'obtient pas grand chose et qui fait beaucoup, parce que, malheureusement, ainsi va le monde. On fait, et on attend un retour, sinon... sinon, on est un extra terrestre. Enfin bref, c'est à mon tour de m'excuser pour ce pavé ni très clair ni très construit, je voulais juste réagir en vrac, et te remercier pour tes mots (et plus encore ;))
      Plein de bisous merveilleuse Gaëlle!

      Supprimer
    2. Sauf que...
      Bien souvent, derrière notre refus d'avoir quelque chose en échange (argent ou autre), se cache un vrai grand besoin de RECONNAISSANCE.
      Or, en ce qui me concerne, je dois bien avouer avoir beaucoup de mal avec l'ingratitude.
      Et lorsque je rends service gratuitement à une personne, sans attendre d'argent, j'attends en réalité bien souvent un grand "merci"....qui ne vient pas toujours....
      Finalement, ne pas attendre d'argent peut aussi cacher un réel besoin de reconnaissance, c'est-à-dire une autre forme d'énergie que l'argent, mais qui participe également du besoin de réciprocité.
      Qu'en pensez-vous?

      Supprimer
  2. Ces biscuits ont l'air merveilleux... et ce moule magnifique !
    Pour le reste, complètement d'accord, merci de souligner cette tendance piégeuse, même animée des meilleures intentions, de confondre troc et don et de négliger la force lexicale et humaine de ce dernier mot.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Merci d'approuver, ô Grande Maîtresse à la fois de l'échange et du don, miss mille astuces pécuniaires ET miss généreuse!

      Supprimer
  3. oui, mais quelquefois, voire souvent pour certains, ce n'est pas facile de recevoir sans donner en contrepartie. On peut se sentir mal et en état d'infériorité si on a l'impression qu'on ne peut retourner, même de façon peu proportionnée, le geste. Tu notais toi même "repas chaud contre scoubidou". ça peut être un retour sous forme de "hug" tout simplement. Mais je trouve que l'échange permet de rester aux deux protagonistes au même niveau.
    Isa

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. OUI Isa, tu as tout à fait raison... Et c'est bien le problème, à mon avis (voir à ce sujet l'avant dernier numéro de Happinez, ou les ouvrage du Père Ceyrac) : on a parfois plus de mal à recevoir qu'à donner. Pourtant, le geste est beau, il est fondamental, et il doit continuer d'exister dans sa forme la plus simple, sa forme unique, sans contrepartie.
      Nous devons apprendre à ressentir une gratitude profonde sans gêne lorsque l'on nous donne quelque chose, sans nous sentir inférieurs... Et à l'inverse, à donner sans rien attendre!
      Mais c'est un pari difficile, et je suis d'accord avec l'idée que l'échange est un bon premier pas.
      Je t'envoie tout plein de hugs! :)

      Supprimer
  4. Bonsoir Cél. Je te remercie encore une fois pour ce nouveau post tellement captivant. C'est vrai que tu as le don d'attirer l'attention, tu en as le talent. Ce n'est pas par hasard. Tu as beaucoup de trésors en toi que tu arrives à parsemer régulièrement via des posts esthétiquement parfaits. Parfait par leur beauté, mais aussi par ce qu'ils reflètent une belle partie de ce que tu es (vraiment).
    Je suis d'accord avec ce que tu notes sur l'échange et le don. Cependant, je suis également très intéressée par ce que dis la personne du précédent commentaire. Devoir échanger des compétences, c'est aussi, pour celui qui a recueilli, une satisfaction de donner aussi. Il est vrai que dans une société idéale, il serait bien que les gens donnent sans compter, et sans retour. Mais dans la masse, il y a très peu de gens qui sont capables de cela en fait. Et je ne crois pas que le monde changera... L'échange permet à ce que l'un se sente à la hauteur de l'autre quelque part. Que celui qui a reçu se sente également "utile", et puis au même niveau. Une relation se construit comme cela. Quand c'est toujours la même personne qui invite, ça ne va plus... Des bisous ma belle ;-) et continue à nous faire saliver avec tes petites gourmandises saines !

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Miss Pat', un grand merci pour tes gentils mots. Je ne suis vraiment pas certaine d'avoir les qualités que tu dis, mais je te remercie du fond du cœur pour venir prendre le temps de semer du positif comme tu le fais, comme tu l'as déjà fait. Je suis tout à la fois gênée et reconnaissante, et je ne peux que te dire que, des petites étincelles que je vois de toi, tu sembles pleine de lumière. Merci pour cela.
      Je suis d'accord avec le triste constat que peu de gens peuvent agir comme tu le dis et que, déjà, l'étape de l'échange est un bon début. Cela fait partie de la politesse, même du bon sens, dans la construction d'une relation, que les deux membres donnent l'un après l'autre. Mais je crois que les vraies amitiés, profondes et épanouies, vont plus loin, à un stade où l'on donne gratuitement, et où l'on peut recevoir sans se sentir inférieur, vulnérable, "en dessous". Juste prendre plaisir à donner, et juste prendre plaisir à recevoir... C'est sûr, c'est un vaste programme!
      Je t'envoie plein de douces pensées en ce matin de soleil.
      Des bisous aussi et à bientôt!

      Supprimer
  5. coucoucoucou !
    ah ben ton article tombe à pic !!
    si tu peux ( ...) lis le courrier international de la semaine dernière .......
    justement!! moi je donne pour donner/faire plaisir !! et pour ça, je passe souvent pour une nunuche ......... mais à vrai dire, je m'enfiche un peu (royalement) !!! je suis contente, j'ai fait plaisir et je sais que tôt ou tard, il en restera qque chose :D (ou pas... mais tant pis !!)
    je me fait plaisir de faire plaisir !!
    ton moule?? jeVEUX le même !! trop trop bien dis donc !!!
    bon, c'est ok !! je fais ces petits gâteaux dès que je peux et je te montrerai !!!
    tu sais que tu es (encore...)dans la sélection de menus de la semaine vg??? une vrai star j'te dis !!! :D
    des bisous et bon wend
    <3

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Tienstienstienstienstevoilà! :)
      Mille merci Résé! Toujours au taquet! Le courrier international, oh mais je vais le lire en pensant à toi alors! (Ainsi, je penserai à toi à un moment plus intellectuel que celui où j'essaie de fermer mon jean, ce sera un progrès! :D :D)
      Ben tiens, tu es de celles qui donnent sans compter, tu m'étonnes, je l'aurais parié! Reste TOUT comme tu es, je t'en priiiiiiie!
      (PS : la sélection des menus VG, oh oui, quel honneur! Tu vas devenir ma conseillère com', je te l'avais dit! :))
      Je t'envoie plein de bisous!

      Supprimer
  6. Oooooh les beaux biscuits!!! Je n'ai pas un aussi joli moule, mais je vais quand même tester ta recette! Et en échange de cette jolie recette, je posterai une photo sur facebook! :-p
    Je suis d'accord avec ce que tu dis sur le don/échange, mais je nuancerai quand même. Recevoir, c'est génial, mais donner c'est encore mieux. Et l'échange permet justement aux deux parties de ressentir la même joie dans les deux sens. Refuser à l'autre cette possibilité de donner en retour, revient à le priver du bonheur de donner. Comme dit ci-dessus Miss Pat', dans l'échange il n'y a pas de recherche d'égalité de la valeur marchande mais plutôt de réciprocité dans l'acte de donner. Et quand il s'agit de compétence/savoir-faire, là on est plutôt dans l'ordre de la transmission. Et au-delà du don, il y a une joie très particulière à transmettre! Mais bon, dans l'ensemble je suis d'accord avec toi. C'est juste ton exemple qui, selon moi, revêt une autre réalité que celle de l'échange "pure"! Bref, je suis pas claire, mais c'est vendredi et la semaine a été intense! :-) Bon WE! Eloïse

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Merci beaucoup Eloïse!
      Oui, je suis d'accord, l'échange permet de ressentir la joie de donner et celle de recevoir. Mais je voulais juste dire que dans le don gratuit, la joie était encore plus grande, parce qu'elle n'est nullement teintée de nécessité de rendre quelque chose. Autrement dit, le bonheur de donner dont tu parles ET celui de recevoir devraient pouvoir être ressentis sans qu'il n'y ait d'échange à proprement parler, sans qu'il n'y ait de corrélation entre les deux actes. C'est une tâche qui paraît complexe, mais qui ne l'est pas tant que cela, au final... Je crois qu'il faut simplement essayer de donner mais sans rien attendre, sans contrepartie. Pas à longueur de journée, une fois, pour essayer. Puis de recevoir sans rendre nécessairement quoi que ce soit, sans se confondre en remerciements.
      Enfin, je comprends ce que tu veux dire sur la transmission! Je suis d'accord, bien sûr, et je savais que dans cet article, j'allais titiller un peu les lecteurs (je suis ravie de vos réactions d'ailleurs!) :) Je voulais juste lancer une petite sonnette qui, si elle reste dans vos esprits, sera forcément bénéfique : échanger, c'est merveilleux, mais si l'on parvient à donner vraiment, alors là... c'est encore plus joli.
      Repose toi bien de ton intense semaine Eloïse! Bonne journée! :)

      Supprimer
    2. Et j'ai hâte de voir ta photo! :)

      Supprimer
  7. Je trouve qu'il est facile de donner sans rien attendre en retour, pour le simple plaisir d'offrir mais il est plus difficile, à mon humble avis, d'accepter de recevoir sans rien donner en retour. Comme si finalement, on se sentait redevable. Apprendre à donner est important, apprendre à recevoir aussi! Cela nécessite un vrai travail sur soi (c'est parfois une vraie lutte!) et ne peut se faire qu'entre des personnes profondément sincères.

    Bises

    Emeline

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Je suis d'accord (comme souvent) avec ton avis plein de sagesse et d'humilité Emeline. Recevoir est bien plus compliqué que donner... Et de ces deux actes, c'est celui qui demande le plus de lâcher-prise, de modestie et de simplicité. Je te fais mille bisous et je t'écris très vite. <3

      Supprimer
  8. Ton message m'a surprise. Je n'avais jamais pensé à voir les choses de cette manière... Du coup, je ne sais trop que penser. Je pense que le troc prend de l'ampleur, poussé par une envie de lutter contre l'aspect monétaire de nos vies. Mais je ne crois pas que l'intention de ces mouvements ai été de supplanter le don. Ce sont deux choses différentes. Mais c'est très bien de le rappeler comme tu le fais ici ! :)

    Quoi qu'il en soit, je me permets de continuer à trouver ces deux choses très positives, simplement différentes. Et au final, même lorsqu'on fait un don, en toute honnêteté, sans rien attendre en retour, on sait très bien qu'un jour ou l'autre la personne à qui l'on a offert quelque chose nous offrira quelque chose d'autre en retour. Et s'il s'agissait de quelqu'un qu'on ne connait pas ou qu'on ne reverra pas, j'aimer à croire que ce don l'inspirera et lui fera donner à son tour (même si ce n'est pas à nous, peu importe).

    Bref, je ne suis pas sûre d'être très claire, mais en tout cas je te remercie pour cette réflexion... et aussi pour la recette de tes biscuits ! J'en ai raté aujourd'hui (je crois bien que ça ne m'était jamais arrivé, snif), donc je vais sans doute me "venger" avec les tiens. Miam ! :p

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Merci de ta réponse Cécilia.
      Tout d'abord, je ne dis pas que "l'intention de ces mouvements ait été de supplanter le don", mais au contraire, que l'oubli du don est un risque encouru par l'adhésion à ce système en développement. Risque dont on doit se prémunir à mon avis, en gardant bien en tête qu'échanger, ce n'est pas un vrai mouvement généreux vers l'autre, cela reste intéressé, et cela dépend encore de sites/plates-formes qui, sous couvert de nous proposer un nouveau système d'échange, restent totalement commerciaux, avec de gros enjeux financiers derrière.
      Ensuite, je trouve vraiment triste ton idée selon laquelle lorsque l'on ferait un don, "en toute honnêteté" "on sait très bien qu'un jour ou l'autre la personne [...] nous offrira quelque chose d'autre en retour"... Non, j'avoue que j'ai envie de penser qu'il reste encore des personnes qui offrent par pure générosité, et qui oublient leur don dès qu'il l'ont fait, parce qu'ils n'avaient en eux aucun projet de retour ou même de répercussion sur quelqu'un d'autre. Lorsque tu invites quelqu'un chez toi, tu le fais en pensant qu'il t'invitera en retour? Lorsque tu offres un chocolat, un livre, une fleur, tu le fais en te disant que peut-être la personne offrira à son tour, à toi ou à un autre? Je suis sûre que ce n'est pas le cas, ou pas toujours, et je crois en la capacité de chacun à avoir envie de donner, de vraiment donner, dans toute l'acception simple que le verbe revêt.
      Merci à toi pour tes mots, et pour les gâteaux, j'espère qu'ils seront bons! :)

      Supprimer
  9. Encore un article très intéressant, merci ! J'apporterai seulement une minuscule correction, mais qui a beaucoup d'importance pour les intolérants : la farine de petit épeautre contient du gluten ! Bonne continuation !

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Oh mais oui Emilie tu as tout à fait raison, un énorme merci pour ton intervention! Oui, dans mon emportement, j'ai souvent tendance à considérer le petit épeautre comme une céréale sans gluten parce qu'elle en contient vraiment très peu, mais tu as parfaitement raison, techniquement, elle en contient tout de même et n'est pas (ou pas toujours) tolérée par les coeliaques. Merci de ton attention et de ta rectification!

      Supprimer
  10. C'est pas croyable, je cour après le temps (et mon sommeil) en ce moment ! Tellement que je n'ai pas encore pris quelques minutes pour commenter ton superbe partage gourmand !

    Hum, je suis assez fort du même avis que toi concernant le don même si je le distingue du troc plutôt mercantile. Tout comme toi, j'aurais du mal qu'un(e) ami(e) me propose un troc "commercial" ce que je souhaitais être un moment de partage. Quitte à me dire qu'ultérieurement, je pourrais rendre la pareille de mon côté. Mais parfois, il est vrai, ça gâcherait un peu ces instants précieux. Il faut que je n'ai jamais été élevée dans l'optique du "tout travail mérite salaire": un coup de main par exemple pour des travaux, c'est uniquement pour aider la personne en besoin. De la générosité. Même si, dans le fond, on sait que cette personne sera probablement plus disponible pour un coup de main ultérieur, mais ce n'est jamais l'optique. Quand j'offre, c'est pour faire plaisir =) qu'en contre partie certaines personnes se sentent "obligées" de s'acquitter d'une sorte de dette me met mal à l'aise. L'amitié n'est pas une dette, une balle qu'on se renvoie pas pour moi du moins. Quant aux contre-parties, je ne la demande jamais non plus: je ne fais pas mon don pour recevoir un cadeau, je le fais car il m'importe de contribuer. Les donneries seraient peut-être mieux nommées échangeries ?

    Bon, c'est pour la 1ère partie du commentaire ;-) la deuxième concerne tes biscuits bien sûr ! Quand je les ai vu, que j'ai mentalement vérifié mes placards, je me suis dit "Ok, je les ferai pour mon meilleur ami samedi !". Me voilà donc samedi matin, ma pâte prête, regrettant l'absence de thé à la menthe et me disant que je ferai sans... Cependant, je fus prise d'un peu de remord: c'est quand même le thé qui donne l'originalité ! Je cogite... et pense qu'il y a dans l'armoire des sachets de thé noir aux fruits rouges. Et bien ce fut délicieux ! La cuisine embaumait l'acidulé des fruits et le biscuits furent très plebiscit(h)és ;-)

    Merci donc chère Cél pour cette petite douceur qui a égayé mon samedi, tout autant qu'elle l'a parfumé =)
    Plein de bisous, je m'en vais lire le nouvel article !

    Emi

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. AUX FRUITS ROUGES RAAAAAAH mais il faut que je les fasse tout-de-suiiiiiite! :)

      Supprimer
  11. Voici ma version! Pas aussi jolis car je n'ai pas les moules indiens (j'aurais très certainement sauté de joie dans la rue moi aussi en le trouvant!), et puis je n'avais pas de noix, et puis j'ai voulu essayer ma poudre d'agrumes maison... Donc j'ai appliqué la recette sauf que j'ai mis 1 cc de poudre d'agrumes et 1 cc de thé matcha. C'est délicieux! Mais euh... je voulais mettre la photo mais je ne sais pas comment on fait en fait... En tout cas, je suis tout à fait d'accord avec toi, donnons sans attendre en retour plutôt que de troquer, et grâce à ce don de recette, tu as égayé mes papilles ce week-end :) Merci mille fois!

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Hum, agrumes et matcha, voilà une association qui casse la baraque, cela devait être très bon!
      Je suis ravie que cela t'ait plu, merci à toi!
      (Pour la photo, je crains que l'on ne puisse pas en publier en commentaire... il faut la faire passer par les réseaux sociaux, malheureusement! Mais ne t'inquiète pas, je les ai imaginés très fort!)

      Supprimer
  12. Pareil la seule remarque que je ferais c'est que le petit épeautre, je ne le tolère pas du tout et pourtant je n'ai pas la maladie de Coeliaque, juste un soucis d'ordre auto-immune et dès qu'il y a des traces de gluten, je suis mal. Donc attention, certains le tolèrent très bien, d'autres non. Je pense remplacer la farine de PE par un mélange farine de riz, farine de teff pour faire cette recette qui vraiment m'inspire beaucoup beaucoup !!! Quelle bonne idée d'ajouter du thé à la menthe ... Bises

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Oh zut, tu n'as pas de chance de ne pas tolérer le petit épeautre, c'est si bon! Tu peux tout à fait remplacer par riz+teff, ou même riz+sarrasin (ou même riz tout seul)! J'espère que la recette te plaira!

      Supprimer
  13. Je viens de découvrir ton blog, merveilleuse petite Cel ... tu as tout compris.... l'AMOUR c'est un don complètement DESINTERESSE.... il n'y a que LUI qui vous offre bonheurs et joies. L'envie toute simplement, élan du coeur, de donner , spontanément, sans calcul.... Comme tu m'as rempli de joie à te lire... mais ça existe encore de belles personnes comme toi ??? tu es un don du Ciel, continue dans ce sens, il n'y a que ça de vrai ici bas, foi de Mamie ! (Sylvie -mamie alsacienne) Je t'embrasse du fond du coeur.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. J'ignore si tu liras cette réponse, Sylvie, mais MERCI à toi, du fond du cœur, c'est vraiment, vraiment d'une gentillesse qui me touche beaucoup! Je t'embrasse également et te dis bienvenue ici, et à très bientôt!

      Supprimer

*Merci de vos mots! *