lundi 16 février 2015

Et la marmotte...




L'autre jour, une collègue, voulant railler un fait que j'avançais et qui était difficilement crédible, me dit en souriant "ah ah, oui, c'est ça, et la marmotte...", puis elle laissa traîner cette désopilante (quoi-qu’innocente) moquerie avec un point d'interrogation, attendant la suite.
J'ai alors fait un constat dans ma voiture sur la route du retour. (Cette route du retour est propice à toutes les réflexions.)
Oui, voilà : (outre le fait que mes collègues ont décidément toujours le mot pour rire) je n'ai plus vingt ans. Parce que, si, jamais je n'aurais employé cette expression qui m'énerve un peu de la marmotte, j'avais à tout le moins la clé pour la comprendre et pour la compléter. Ce qui n'est pas le cas des jeunes, des vrais jeunes de maintenant. Entre eux et moi, une barrière. La barrière de la marmotte.
Je me demandai alors s'il y avait d'autres signes tels, des signes annonciateurs d'une vieillesse relative mais approchant à grand pas comme un méchant loup de l'antre de la mère-grand (qui devait tout ignorer de la marmotte.) Et, miserere mihi, j'en ai trouvé plein.


Les signes qui prouvent que j'approche dangereusement des 30 ans.


-J'ai eu dans mes poches des babies, j'ai joué avec des pogs, j'ai porté autour du cou une sorte de petite tétine en plastique fluo. (Ne me jugez pas, petites âmes innocentes de moins de 20 ans qui me lisez.. Je vous parle d'un temps que les moins de 2 tototes vertes autour du cou ne peuvent pas connaître.)

-Je ne dis plus "je suis dégoûtée, la nana d'Yves Rocher m'a filé un échantillon de produit contre l'acné.", mais "Je n'en reviens pas, la vendeuse de Melvita m'a offert un échantillon de crème anti-rides".



-Ma maman m'a déjà donné une grosse pièce de 5 francs pour aller m'acheter un pain au chocolat.

-Je ne dis plus "Nan mais, incroyable, la dame de la caisse m'a tutoyée!", je dis "Je suis déprimée, l'étudiante de la caisse m'a appelée madame".

-Yooooooo, I'll tell you what I want, what I really really want,
So tell me what you want, what you really really want,
I wanna ah I wanna ah I wanna ah....

-Je ne dis plus "Attends, il me reste 50 centimes, on va se prendre un café dégueu à la cafèt', pour faire une pause dans notre aprèm BU. Demain, on est bien en 349 bis à 8h?" , mais "J'ai une demie heure devant moi avant d'aller corriger des copies, tu viens boire un thé bio chez moi? Demain, on a bien réunion DGH avec les PP en salle info?"

-J'ai déjà dit cette phrase : "C'était super cool, à la boum de Coralie, on a dansé sur Hasta Siempre à fond, puis on a fait trois fois la Macarena."

-Je sais ce que c'est que le bruit du modem qui se connecte, j'ai déjà cherché des piles pour mettre dans la game boy, j'ai déjà mis un fichier sur une disquette, j'ai déjà terriblement envié la fille de notable qui avait un ordinateur avec un graveur de CD intégré.

-Je ne dis plus "Demain, on a une sortie avec les 4ème F! On a le droit d'emmener son walkman? J'ai des cassettes audio avec des chansons enregistrées à la radio dessus.", mais "Demain, on a une sortie avec les 4ème B! J'ai les autorisations de sortie, tu as la liste des élèves? On interdit les portables, la dernière fois il y a eu trop de selfies."


-"Le vent souffle sur les plaines, de la Bretagne armoricaine,
Je jette un dernier regard sur ma femme, mon fils et mon domaine."

-J'étais en 5ème lorsque nous avons eu notre premier ordinateur à la maison. Même qu'il était sous Windows 95, pas sous DOS, trop la classe, avec un vrai bureau avec le papier peint Cloud. La définition était telle qu'il y avait 3 icônes énormes sur ledit bureau, qui prenaient toute la place, mais c'était trop cool, même si ça plantait tout le temps.

-J'ai déjà dit : "Je peux aller sur internet? Il reste 5 minutes dans le forfait."

-J'ai déjà dit : "Je vais essayer de ne faire un texto que d'une seule page, parce que je n'ai plus beaucoup d'unités".

-J'ai déjà dit : "Je vais allumer encarta pour faire mon exposé de géo, et après, on ira acheter le journal pour regarder le programme du ciné."

-Dans mon porte feuille, je n'ai plus de carte téléphonique avec une photo amusante dessus, ni ticket de RU en ribambelle, ni de ticket de piscine (en ribambelle aussi), et si ça continue, c'est moi qui vais me découper, suivant les points, les pointillé-és. 

-Quand je plisse les yeux, j'ai des rides, si, là, regarde, quand je grimace, encore plus.


Alors, suite à cette liste dont les contours se dessinaient dans les méandres de mon esprit aux cheveux blanchissants à chaque kilomètre, dans la voiture, je ne savais plus trop s'il fallait s'attrister ou non. Je veux dire, évidemment, se plonger avec nostalgie dans ce qui était et ce qui n'est plus a davantage tendance à rendre triste qu'heureux ; c'est un saut à l'élastique dans une accumulation vertigineuse qui, à n'importe quel âge, peut faire broyer le noir des années mortes.
Et pourtant, ces vestiges sont miens, peut-être vôtres aussi, et je m'en sens riche. Plus riche que lorsque j'étais (plus) jeune, comme chargée sur le chemin d'un sac un peu plus lourd mais plein de toutes les bricoles que j'aime et qui me font sourire.
On parle beaucoup, dans les médias en ce moment, de la non-consommation, de 'faire le vide', d'avancer sans attaches matérielles, du "désencombrement"...comme si le "home-staging" en vogue pouvait s'appliquer à notre âme. Avançons libres et propres, nettoyés des pensées mortes.
Bien-sûr, j'adhère, bien sûr, je voudrais vivre en ascète dans le fond et la forme. Mais tous ces petits souvenirs, ces fragments de nostalgie qui se détachent en pointillés, je les chéris et les garde sans les relooker. Ne les laissez pas sur le bord du chemin : ils ne doivent pas alourdir votre marche, ils font que vous êtes ce que vous êtes, ils sont des petits ingrédients de votre recette humaine, épicée juste comme il faut. Et ils nous rappellent que non, nous ne sommes plus tout jeunes. Que la terre tourne, la lune avec elle, et toutes deux regardent avec amusement notre valse éphémère et bien dérisoire : leur compte à rebours est un métronome sur lequel nous n'avons pas de prise. Alors, autant en sourire, cela nous fera des rides au coin des yeux, et celles du sourire, ce sont les plus jolies.
Soyons heureux de vieillir, mettons le chocolat dans le papier d'alu, et les souvenirs d'une jeunesse qui se perd dans notre boîte qui jamais (-et heureusement!-) ne remontera le temps. 


 


28 commentaires:

  1. J'ai béatement souri en lisant ton article! Je me retrouve dans toutes tes anecdotes de ces années passées! J'avais oublié Encarta quoiiiii! ^^
    Bref, ma conclusion est la même que la tienne, soyons heureux de vieillir, ce ne sont que des belles expériences à arriver :)
    Bises Cel! Et bravo pour tous tes articles que je ne commente pas toujours mais que j'aime toujours lire ;)

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Oooooh, c'est trop gentil, Typhaine! C'est vrai? Je ne savais pas que tu me lisais! <3
      Merci de ton commentaire, je suis heureuse que tu aies la même conclusion que la mienne, et je te souhaite plein de merveilleux souvenirs en devenir...
      :)

      Supprimer
  2. Bon ben maintenant j'ai un mix des spice girls et de manau en tête ainsi que des larmichettes de nostalgie au coin des yeux (ainsi qu'un grand sourire sur les lèvres, rassure toi!) Pour rien au monde je ne voudrais revenir à cette époque et pourtant, que de beaux souvenirs! J'avais oublié les babies, pourtant j'en ai eu. Pas de tototte par contre, à l'époque déjà je trouvais ça ridicule! :-) J'ai cherché des piles pour ma game gear, j'ai chanté à tue-tête sur le roi lion de disney et la comédie musicale "notre dame de Paris", j'ai écouté des vinyles sur la platine de mon père, m'amusant à mettre des 33 tours en mode 45 tours (ou l'inverse), j'ai aimé composer les numéros de téléphone sur les cadrans ronds qui font "kkkrrrrr" quand ils tournent, j'ai cherché mes résultats du brevet sur minitel, bref j'ai 30 ans et je raconte ma vie en commentaire d'un bien joli blog! Merci Cel! <3 Eloïse

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Tu m'as fait rire Eloïse! Ah oui, notre dame de Paris et le roi lion, je m'en souviens encore par cœur... Le brevet sur minitel?? Ah ah, je ne crois pas que ce fut mon cas, je me souviens être allée sur place regarder les grands panneaux...
      Merci de tes gentils mots, tu ne racontes pas ta vie, tu participes à la conversation, et j'en suis ravie :)

      Supprimer
  3. Entre les Spice Girls et Manau, j'avoue que tu as fait fort dans la référence musicale !
    En tout cas j'ai bien aimé chercher (j'avoue, les Spice Girls, j'ai trouvé tout de suite), me replonger dans mes souvenirs (c'est plus Maurice qui dépasse les bornes des limites qui m'a marquée que la marmotte), me demander ce que j'aurais ajouté à la liste (mais mes références sont très jeux vidéos, en fait).
    Je ne suis pas trop nostalgique de tout cela, sauf pour les jeux vidéos (encore !) où je n'arrive pas à me faire à la 3D (c'est bien simple, le jeu le plus récent que j'aime bien date de 2004) (les Sims 2, donc) (mais je m'arrête là sinon dans 15 pages on y est encore).
    Le temps qui passe ne m'inquiète pas trop, enfin pas dans ces termes là. J'ai même un peu de fierté à dire aux petits jeunes qui arrivent dans la boite que ça fait 6 ans que je suis là, pour eux je suis presque un dinosaure, le puits de savoir (alors qu'en fait, non, mais oui, quand même, je fais partie des "anciens").
    Mais en fait globalement je me sens sans âge, les rides et les cheveux blancs me laissent de marbre, j'ai encore les cheveux très longs et je voue toujours un culte aux jeans et aux baskets, n'en déplaise à ma grand mère qui trouve qu'à mon âge, quand même, je pourrai m'habiller maintenant.
    Ce qui m'inquiète, c'est que maintenant je comprends mieux quand ma grand mère me dit que les années passent vite. Il y a 10 ans encore je ne comprenais pas bien, mais maintenant je me dis que si, elles sont passées vite ces années, qu'est-ce que j'en ai fait ? Et c'est ça qui m'angoisse, ce "qu'est-ce que j'en ai fait ?" avec la peur qu'un jour je me réveille vieille, avec des regrets de ne pas avoir mieux utilisé le peu de temps qu'on a ici . Alors du coup j'essaie de faire en sorte que chaque jour compte, un peu, c'est mon petit moyen pour calmer mes angoisses.
    Et puis parfois je me replonge dans mes souvenirs et je me dis que rien que ça, c'est déjà énorme !
    Bisous jolie Cél (ah cette frimousse, tu es tellement charmante !)

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Ah, merci Mnémo! (Rooo, charmante, tu plaisantes ou quoi, je suis horrible, surtout sur cette photo qui fait un peu peur, prise dans un coin de glace, un soir, au dépourvu... Mais son flou et son angle m'amusent, alors bon.)
      Je ne suis pas une vraie de vraie nostalgique, mais j'aime bien me replonger un peu dans le passé, à condition que cela ne m'attriste pas... Et je comprends ton angoisse de "qu'est-ce que j'en ai fait", même si je ne la partage pas : mon amoureux serait plutôt du genre à ressentir ce genre de peur. Moi, je ne sais pas, j'ai une sorte de voix qui me souffle qu'il ne faut rien regretter, que nous faisons au mieux, au fur et à mesure, pas après pas, et que le trajet, quand on le regarde de haut, est forcément joli.
      [Et j'aimerai bien te voir avec les cheveux longs, les jeans et les baskets, tu dois être trop mimi!]
      Bisous Mnémo!

      Supprimer
  4. ah non mais zut !! mon commentaire a encore disparu .... :D
    tout ça pour te dire que oui !! oui !! et re ouiiii !!! quand on fait ça avec les copines, quelles parties de franche rigolade !!
    tu parles qu'on a connu ça nous aussi (ben oui !!! nos enfants ont (à peu de choses près ) le même âge que toi ..)
    mais nous c'étaient plutôt les pattes d'éph (les vraies haing !!! pas ceusse d'aujourd'hui qui imitent...) ceusse qu'on se couchait pour pouvoir les enfiler ....... c'est que, ma brave dame , y'avait point d'élasthanne à c'te époque ...... et tant d'autres choses encore !! :D :D
    bon... c'est vrai qu'on est des quiches en informatique, blog et consoeurs, et oui! nos gamins sont pas peu fières de nous aider (parfois ...) mais siiii !!! on te l'a déjà dit l'autre fois... oui ben, l'autre fois, c'était l'autre fois (et si tu crois que j'ai que ça à penser moi ... pffff)
    et que oui aussi !! on est bien dans nos pompes (ça se dit encore?? )et que oui !! l'avantage de vieillir c'et qu'on a la tête pleine de souvenirs et qu'on a tout un tas de trucs à raconter à tous ces d'jeun's !! :D
    ceci dit, pour en revenir à la marmotte ....... j'ai eu l'occasion d'en voir de très très près et crois moi d'une, elles ont le regard de la maîtresse qui fait (vraiment) les gros yeux ....... Alors, tu penses bien que pour le papier alu (on disait d'alu avant .... ) je ne leur ai pas demandé!!!!!!
    des bisous tendre Cél et merci pour ce billet !!
    <3

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. J'aurais ADORE mettre des pattes d'éph, je suis certaine qu'encore maintenant cela m'irait bien, mais c'est impossible à trouver (et un peu lié à ... une époque, tout de même!^^)! Alors je me console en me disant que l'élasthane de mon pantalon rose le rend douillet! :D
      Des quiches en informatique? Tu rigoles ou quoi? Qui est-ce qui commente cà et là sur les blogs, qui poste des photos numériques sur les réseaux sociaux, toujours aussi gentiment, avec habileté et humour, non mais, des quiches, qu'est ce qu'il ne faut pas entendre!!
      Tu as eu tellement de chance de voir une marmotte en vrai, j'adorerais! Et surtout, les vacances arrivent, et je crois que la marmotte, je vais vite vite adopter son comportement...
      Des bisous aussi Résé!

      Supprimer
  5. Oh j'aiiiime cet article ! <3

    Je rajouterai :

    ♫ ♪ ♫

    Obscure, la force est noire, noire
    Comme le château où flotte l'étendard, notre drapeau
    Sois sûr que sous les feux, la vérité est masquée
    Viens, bascule de l'autre côté...

    ♫ ♪ ♫

    Et :

    ♫ ♪ ♫

    My love has got no fame
    He's got his strong beliefs
    My love has got no money
    He's got his strong beliefs

    Want more and more
    People just want more and more
    Freedom and love
    What he's looking for

    ♫ ♪ ♫

    Et j'ai ri à : 'Je vais essayer de ne faire un texto que d'une seule page, parce que je n'ai plus beaucoup d'unités' car j'utilise un portable à recharges depuis 5 ans (si si, vestige d'un autre temps) et hier, alors que je me rendais chez mes parents, je me suis rendu compte que je n'avais pas le code de la porte d'entrée et... plus aucune unité sur ma carte pour envoyer un petit texto : 'le code, svp ?'... J'ai donc attendu bien sagement vingt minutes qu'un voisin passe par-là et ouvre la porte pour moi... Moralité : ça existe donc toujours les textos qu'on limite par manque d'unité ! ;-)

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Hum, un portable à recharges... Tu veux dire, pas en couleurs? Hooooo mais c'est trop cool ça! J'adore les antiquités! (Et j'ai compris il y a seulement 4 mois qu'à Paris, il n'y avait pas d'interphones au bas des immeubles, et que, sans code, on ne pouvait pas rentrer. Je t'assure, je l'ai découvert. Je n'en revenais pas. Souris des champs à la ville bonjour!)

      Et alors, ce qui m'a fait TROP rire, c'est que... Bon Iam, j'ai reconnu... Mais la deuxième, non, rien à faire, à la lecture, je ne voyais pas. J'ai alors demandé à Dorian, en lisant à haute voix (sans chanter évidemment puisque je ne savais pas...) et j'ai éclaté de rire au bout de la première ligne, parce que, à haute voix, l'air venait tout seul! Nous nous sommes alors aperçu que nous connaissions cette chanson par cœur mais sans comprendre ce qu'elle disait... La suite de sons nous parlait, mais, petits, nous n'en comprenions pas le sens. (Et je l'ai dans la tête pour la journée... :D)

      Merci mille fois de ton passage Ophélie, je suis ravie que cela te parle, comparse de naissance!
      (Je ne sais pas écrire les petites notes... )

      Supprimer
    2. Ha ha , j'ai ri à la description de votre compréhension innée de la chanson de Gala ! J'ai appris moi-même très tard seulement ce que signifiait les paroles : je pensais qu'elle disait 'My love... has strombolis !' (mamma mia !) ;-)

      Et pour les interphones à Paris... c'est d'un pratique, en effet ! Je l'ai appris à mes dépends :-)

      Et non, non, mon téléphone est un moderne, il est en couleurs, le jojo ! Un bon vieux Nokia passé en couleurs pile quand je suis tombée dessus... et avec un clavier cyrillique parce que je l'ai acheté en Macédoine, tu y crois ? ;-) N'empêche, malgré l'âge, il fonctionne à merveille et la batterie dure au moins une semaine !

      Supprimer
    3. Que veux-tu, tu aurais fait une thèse sur l'émergence du Japon, tu aurais un portable ultra perfectionné avec une housse kawaï. Tu as choisi la Macédoine, et le clavier cyrillique, j'adore l'idée! :D

      (three four dix ailleurs, na na na na na, three four dix ailleurs, na na na na na.)

      Supprimer
  6. Hi hi. Et le truc, là, le biper qu'il fallait nourrir... Tamagochi ? Toutes les filles avaient ça !
    Je me fais souvent aussi ces petites réflexions à l'occasion du constat d'un changement radical de référents partagés... Les "Je me souviens" à la Pérec sont agréables, pas besoin de les jeter aux oubliettes, c'est vrai.
    N'empêche que sur la photo, tu as quelque chose de l'enfance, et si on garde ça toute la vie, le temps ne fait pas peur !

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Tu es encore mon amie si je te dis qu'un tamagochi... J'en ai eu un? Mais cela m'a vite énervée!! :)
      Le temps ne fait pas peur lorsqu'il s'écoule au rythme de moments passés avec des relations choisies... Bisous Manon!

      Supprimer
  7. Non mais toi, alors, tu es FORMIDABLE !!! Non seulement tu mets en place une théorie : la barrière de la marmotte, mais en plus tu l'illustres avec des exemples qui me parlent, fêtant mon 30e anniversaire en octobre (dur dur). Merci pour cet article que j'ai pris plaisir à lire, comme toujours ! <3

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. OOooooh en octobre on fait la FÊTE alors?!! Coool! Tu nous créeras une petite merveille de gâteau pour l'occasion, dis, dis, dis? <3
      Merci à toi de tes mots adorables, Lili!

      Supprimer
  8. Tes souvenirs m'ont plongé dans une jolie nostalgie! Justement moi l'autre jour, je pensais à mon enfance sans ordinateur ni internet... et ça, je dois bien l'avouer, ça me manque. Même si moi je pense réussir (pas toujours mais je fais de mon mieux) à modérer mon utilisation de ces (fabuleux) outils (chronophages), je regrette qu'il n'en soit pas toujours de même pour les gens qui m'entourent et avec qui je partagerais certainement plus de pensées, de créativité, de jeux, de spontanéité et de silences s'il n'y avait pas presque toujours un écran entre nous pour combler la moindre seconde d'ennui ou de calme plat... Bon désolée, je suis du coup partie dans une nostalgie aux notes beaucoup moins drôles et positives que la tienne!

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Ah je suis bien d'accord Natasha... Le monde sans internet avait ses avantages. Même si, sans internet, nous ne serions pas en train de dialoguer, et que, avouons le, c'est une porte ouverte sur le monde, sur des mots, des idées, des astuces (comme chez toi!), des recettes, des rêveries, des paysages, des images... Et, au contact d'enfants vraiment isolés et ruraux, je bénis ce moyen de s'échapper et de voir le monde.
      Cela dit, je partage l'idée qu'il est difficile de trouver la juste mesure de tout cela, de l'utiliser avec parcimonie, d'en trouver ses propres limites, différentes selon chacun. Je ne sais pas toi, mais moi j'ai souvent besoin de "couper" concrètement, c'est à dire d'éteindre portable et ordinateur, pour matérialiser la rupture, parfois une heure, parfois une journée, parfois plusieurs jours. C'est mon sas à moi...
      Quant à "combler le vide", c'est un vaste problème, cela fait longtemps que j'ai envie d'y consacrer un article d'ailleurs... J'ai la chance de vivre avec un anti-portable. Je ne sais pas comment c'est, là où tu vis... Mais je te souhaite plein de moments heureux loin de la technologie, et plein d'autres... avec elle! :) Plein de bisous à distance, Natasha!

      Supprimer
  9. Aaaah, ton article !! <3
    Je ne sais pas si ça peut te rassurer, mais j'ai aussi connu les Tamagochi (même si mes parents n'ont jamais voulu que j'en ai, bouh), les Game Boy aussi (et je n'y ai jamais eu droit non plus - c'est pas faute d'avoir insisté)(mais j'ai quand même eu une super enfance, hein ;) ).
    Et je me souviens super bien quand mon cousin avait eu son premier walkman (gagné à la kermesse de l'école), c'était la fête, ma sœur et moi étions TROP jalouses !
    Bon, et pour ce qui est du forfait... j'en ai un aussi pour internet à Paris... , et Manau est toujours là dans les soirées, enfin avec mes ami-e-s de lycée ! ;)

    Bon, j'arrête là, sinon je n'ai pas fini ! En tout cas, ton article est GE-NI-AL, et tu es trop choooouuuuue sur la dernière photo !

    A bientôt Célinette, et courage, plus que 3 petits jours ! :)

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Tes parents t'ont martyrisée dis moi! :D
      (Mais je crois que la Game Boy a mis très longtemps à franchir le seuil de notre maison... Même si, après, ma maman faisait plein de partie de Tétris dessus!)
      C'est toi qui es GENIALE ici, d'abord, merci de me soutenir, merci pour tout ;), et, ouiiiiiii, plus que trois jooouuurs, (enfin 5, techniquement), j'ai hâte d'être à la semaine prochaaaaaaine! :)
      Bisous Gaëlle!

      Supprimer
  10. Ah ah ah que de souvenirs !
    Je ne poste d'habitude pas de commentaires, mais là il faut que je te dise : j'ai à peine 23 ans, et je colle à presque TOUS tes critères de la trentaine approchant... juste pas la crème anti-rides, mais ça c'est parce que j'ai une tête de bébé. Ce qui n'empêche pas les vendeuses de m'appeler "madââme", groumpf.
    Les boums, Manau, les francs, les vieux ordis énormes et qui rament, la vie sans internet, et n'oublions pas la découverte tout à fait inouïe de cet appareil photo, tu sais, celui qui AFFICHE LES PHOTOS sur un écran (la révolution de ma vie!!) : ce n'est pas juste pour les viocs ;)
    Merci de m'avoir fait sourire ;)
    Lou

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. :D Tu nous rassures toutes alors, Lou, tu nous rassures et tu nous rappelles que, non, la nostalgie n'a pas d'âge...{Oh oui, l'appareil photo qui affiche la photo derrière, incroyable, tout le monde voulait regarder la photo JUSTE après la prise, en tout petit. Révolution de l'instantanéité!!} Merci de ton sourire partagé :)

      Supprimer
  11. Évidemment, je me suis aussi retrouvée dans tes souvenirs :) Et tu m'as rappelé Encarta que j'avais oublié ! (et qu'est ce que j'ai rigolé en lisant ta phrase)

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. :) Encarta, le number one des soutiens en géo!

      Supprimer
  12. J'adore ton article. Il m'a rappelé tant de choses! Des détails en fait mais qui montrent en effet comme le temps change. C'est normal aussi: je suis plus proche de la quarantaine (36 cette année) que de la trentaine et je pourrai ajouter d'autres choses à la liste, tout comme tu le feras dans 10 ans et plus et c'est tout ce que je te souhaite: de bons souvenirs à venir ! ;) Je m'abonne à ta page FB. Au plaisir: :)

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Merci beaucoup Orodruin, je suis ravie de ton passage ici! (36, ce n'est pas encore 40, non non non! ;)) A bientôt!

      Supprimer
  13. Coucou je découvre ton blog grâce au ptit mot d'antigonexxi sur hellocoton, j'ai commencé aléatoirement par cet article, hâte de découvrir les autres :) Tu m'as bien fait rire (et certains com' aussi). Tu m'as fait penser à un grand moment de solitude que j'ai eu récemment face à ma belle soeur qui a 10ans de moins que moi, que nous, et à qui j'ai sorti un joyeux "3615 ta vie rubrique on s'en fout!" devant son air incrédule, bam gros coup de vieux d'un coup !

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Merci beaucoup Manowen, ravie de te lire, j'espère que tu te sentiras bien ici!
      (Tu m'as fait bien rire, oui, 3615 ma vie, aïe... un temps que les moins de 20 ans ne peuvent pas connaître! )

      Supprimer

*Merci de vos mots! *