dimanche 28 décembre 2014

Idéal






L'autre jour, un message publicitaire a quelque peu ébranlé mon sourire béat et transi de lutin de Noël en vacances. (Je vous laisse imaginer le sourire béat et transi d'un lutin de Noël en vacances, épuisé mais ravi, à mi-chemin entre l'elfe que l'aube floue n'a pas fini d'éveiller et le grinch que l'hébétude quiète et frisquette prive de discernement (mais pas de cerne(ment)-tout court- des yeux.) Bref.)

Le message commençait ainsi : "avez-vous reçu le cadeau idéal?"...
Le cadeau idéal.
Bien-sûr.







Le premier réflexe est alors de verser dans la naturelle réponse que nous avons tous entendus, enfants, celle qui berce nos neurones bien installés dans leurs chauds foyers de l'évidence répandue et répétée : oh, oui, ton collier de nouilles est magnifique, et le cadeau idéal, c'est celui fait avec le cœur, par ceux que l'on aime. Plus largement, le moment idéal, c'est auprès des siens, la journée idéale, c'est dans l'endroit quotidien que l'on affectionne, le repas idéal, c'est celui qui a le goût du simple et de l'enfance, et le mari idéal, c'est celui qui (fait la vaisselle) partage le cadeau idéal lors d'un jour idéal dans l'endroit idéal en mangeant le repas idéal, et le décor se teinte de rose poudré en même temps que le violon 1 atteint la tierce picarde, et que le bisounours bleu serre dans ses bras le bisounours jaune.
Sauf que, voilà, ce lieu commun est plus fragile, plus complexe qu'il en a l'air.
L'idéal se vend et se prône, on veut avoir l'idéal, on veut être l'idéal. 
Et, à l'heure où tout va plus vite et où le mouvement de slow-life contamine les magazines (cela sonne tellement mieux en anglais, c'est vrai. "Que fais-tu? Je commence une période de vie-lente.") l'on continue à se demander si notre conduite est idéale vis-à-vis de la planète, de notre meilleur ami, de notre amoureux, de notre chat, de notre python des Indes, si l'on a fait les choix idéaux, si l'on a adopté le comportement idéal, et comment faire pour l'adopter désormais, chercher l'idéal dans un idéal futur qui commence maintenant, enfin... dans l'idéal.
"Calculez votre poids idéal..."
Le job idéal. L'hôtel idéal. Trouvez l'homme idéal.
L'idéal de l'autre et l'idéal du moi, trouver l'idéal sur sa route, et devenir soi-même idéal. Tâche en deux temps puisqu'il faut d'abord déterminer soi-même ce fameux idéal. Une fois cette broutille accomplie (trouver ce qui relève de notre idéal de vie, de route, de personne et de conduite ne doit pas prendre des heures, c'est vrai, à l'époque du 2.0... Vas-y, accélère, Bluetooth moi ton idéal, et je t'envoie la dernière mise à jour du mien. Je te préviens, elle fait ramer les anciens modèles.) , il suffit de cliquer sur appliquer. 


 


A force de nous faire croire que l'idéal est atteignable, alors que, par définition, il est de l'ordre de "l'idée" et non du vrai, on finit par en oublier qu'il est normal d'être imparfait.
Que le poids idéal,
le métier idéal,
l'ami idéal,
le cadeau idéal,
la sauce pour pâtes idéale, le moi idéal, la végé-attitude idéale, le sommeil idéal, le dentifrice idéal...
Cela n'existe pas.
Et même... tant mieux.




Oh, bien sûr, il est difficile de n'avoir aucun souci de "l'idéal", et sans doute pas vraiment souhaitable, parce qu'il est essentiel de se souvenir de ce que l'on veut, ce que l'on veut vraiment faire, vraiment rencontrer chez les autres et chez soi.
Loin de moi l'idée de plaider le lâcher-prise total, l'oubli d'une perfection à atteindre pour vivre dans un hic et nunc sans aucune entrave. Bien sûr, garder un point de mire, c'est important, bien sûr, il faut remettre chaque jour en cause le fameux "idéal" que l'on se fixe, subjectif et polymorphe, éternel phénix qui re-naît sans cesse de ses cendres, du petit bois des idéaux revus et corrigés. Mais... Si déjà, nous avons conscience du fait que ce fameux "idéal" est pluriel et en perpétuelle mutation, c'est un premier pas. Restons des Pénélopes de l'idéal, idéalisons le jour et dés-idéalisons la nuit, pour encore, encore, encore remettre sur le métier l'ouvrage de la perfection. 
Et après... il s'agit aussi de le mettre à distance.
Non, vous n'êtes pas parfaits. Je ne le suis pas non plus. Non, notre vie n'est pas parfaite. Non, dans la journée qui vient de s'écouler, nous n'avons pas enchaîné les conduites idéales dans des décors idéaux. N'en déplaise au message que cette drôle de société martèle, nous sommes... des Hommes avant que d'être des Idées.
L'acceptation de ses propres imperfections, l'acceptation des grains de sables sur notre chemin, sur celui des autres, c'est un premier pas vers un esprit plus clair. Un sourire (de lutin) plus franc.
Garder un idéal en se préservant du spleen.


Donc...

Je ne sais pas si 2014 a été "idéale". Certainement pas. Ou peut-être que si.
En tout cas, c'était bien.

Vous aussi?

Je ne vous souhaite pas un 2015 idéal. (Vous vous en doutiez?)
Je vous souhaite, au contraire, un 2015 plein de défauts, d'imperfections, de désillusions qui se muent en détours parfaits, un 2015 plein de regards distants vers tous les idéaux qu'il faut entretenir sans s'y perdre...
Je vous souhaite d'avoir plein, plein d'idées. Hautes.
Et de serrer contre vous la chance, votre chance.







22 commentaires:

  1. Céline,
    Comme ton texte est beau. Il me laisse sans voix et va me faire longuement réfléchir...
    Je profite de ce petit commentaire pour te demander de me pardonner : je n'ai pas été très bavarde sur ton joli espace ces dernières semaines, mais j'ai cruellement manqué de temps. Pourtant j'ai lu assidument tous tes articles. Je les ai tous aimés profondément...
    Bonne semaine, chère Céline,
    Marie.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Merci beaucoup, merci Marie! Mais ne t'excuse pas, ça va pas la tête!
      Je suis heureuse de lire des lignes de toi!
      Je voulais t'écrire récemment justement, te dire de PROFITER des vacances, te détendre, tout ça... Et d'envisager 2015 avec sérénité, parce que, quoi qu'il arrive, ce sera chouette! Promis!
      Bisous Marie!

      Supprimer
  2. Oh, merci pour cet idéal d'article imparfait ! A toi, tous mes voeux d'année 2015 à failles et à rêves caressés de plus ou moins près !

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Merci Belle Manon! Tous mes voeux à toi aussi!

      Supprimer
  3. Merci céline pour ce texte intelligent et ces jolies photos... Aspirer vers l'idéal est un sujet qui me travail souvent et c'est marrant pcq je me disais ces derniers jours que j'ai besoin de me retrouver toute seule avec moi pour refaire le point sur mes idéaux. Je fais ça régulièrement, j'en ai besoin car cela me sert comme une boussole pour m'orientet, sans justement attendre de moi d'atteindre ces buts tout de suite, mais d'y travailler régulièrement. Donc merci pour ce message qui me rappelle que j'ai un rdv important ces jours-ci avec mes idées... :) bonne fin d'année!!

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Je suis ravie que cela t'ait parlé, Johanna! Bonne fin d'année à toi aussi!

      Supprimer
  4. merci pour ce post, qui nous remet à notre juste place ! ( et personnellement, qui me déculpabilise !)
    je te souhaite à toi aussi la meilleure année qui soit possible !

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Merci Etoile Blanche! :) Bisous et bonne fête de Saint Sylvestre!

      Supprimer
  5. Je te souhaite une belle année 2015. Tu as raison, l idéal est lisse, insipide, il n'est pas vrai même si on essaie de nous faire croire le contraire. C'est toujours un bonheur de te lire et de regarder tes jolies photos.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. C'est très gentil Sarah, merci! Belle année à toi aussi!

      Supprimer
  6. Très joliment dit, comme toujours. Toi, tu as les mots idéaux. ;) Hihi. Merci pour ce beau moment de réflexion. Je te souhaite une très belle fin d'année. Je t'embrasse <3

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. :) Merci Lili, tu es adorable! Je te souhaite une année gourmande auprès de ton mari chéri et de ceux que tu aimes! Bisous!

      Supprimer
  7. Alors ça, c'est L' article I-d-é-a-l, moi je te le dis ! ;-)
    PS : ta photo avec le croissant de lune sur le couchant = <3 exposant infini !
    Des bisous Cél, que 2015 soit pleine de beaux ciels, de lunes resplendissantes, de branches de gui pour le bonheur... et d'étoiles filantes pour que tes voeux se réalisent !

    Emi Pesch

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Hihi, merci Emi, tu es trop choue! Oh oui, une année pleine d'étoiles filantes (ou fixes), ça c'est un drôlement joli souhait! Bonne année à toi aussi!

      Supprimer
  8. Ton blog est le blog idéal selon moi!!
    Comme un petit carré de chocolat!
    Comme le sourire de quelqu'un qu'on aime...
    Comme un petit câlin de chat!
    Comme une caresse sur la joue!!
    Un moment de réconfort et de douceur dans ce monde de brutes!

    Je t'embrasse!

    Emeline

    RépondreSupprimer
  9. très bel article qui résume bien mes pensées actuelles, merci et bonne année également qu'elle vous apporte plein de belles idées également :-D

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Merci Belinda, c'est très gentil! Je suis enchantée que cet article corresponde un peu à des pensées que vous ayez pu avoir! Belle année à vous :)

      Supprimer
  10. non mais t'as vu comme tu secoues ce poooov' père noël??? pffffff je sais pas si c'est bien l'idéal de le secouer comme ça après le fatidique jour J ......... m'est d'avis que le 25 décembre 2015 il n'y aura rien sous ton sapin .......... na !!!
    l'idéal?? mais y'a longtemps que je l'ai laissé sur le bord du chemin, celui-ci !!! un peu trop présent, un peu trop envahissant, un peu trop stressant, un peu trop tout quoi !!
    c'est vrai que si tu .. sors (!!) un livre je serais preneuse aussi ;)
    :* :*

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Ah ah ah ah, tu m'as fait tellement rire! Comme un prunier que j'te l'secoue moi, le papa Noël! :D
      Oh pour le livre mais tu es ADORABLE, merci mille fois Résé!
      <3

      Supprimer
  11. Hum, je me suis régalée de tous ces articles, des friandises de Noël, de ta soupe, de tes emballages, de tes douces photos hivenales, de ta réflexion sur l'Après Charlie (même à des kilomètres de la France, ces sombres événements sont arrivés jusqu'ici ... heureusement qu'ils sont un peu illuminés par la jolie solidarité de tous !), de l'histoire des rêves d'Hector ... un repas idéal en somme ... ou pas ;) !
    Et par ici, parce qu'il n'y a pas de lieu idéal, je te souhaite une année 2015 idéalement non-idéale ! Qu'elle soit pleines de surprenantes surprises, de recettes par milliers, de couleurs colorées, de mots par lot, de petits-déjeuners pas si petits, de voyages enivrants ... et surtout, d'amour tout court ! :)
    Des douces bises

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Roooo, merci, merci beaucoup Zouglougloute!
      C'est un alléchant programme que tu proposes là!
      De douces bises en retour! :)

      Supprimer

*Merci de vos mots! *