jeudi 16 octobre 2014

Giovedi gnocchi



...C'est jeudi, c'est gnocchi!
Vous êtes gnocchi, vous ?...
Moi, à fond.
Deux gnocchi à la place des yeux.
Gnoccoholic.


En vrai, cela fait quelques années que j'avais découvert avec l'émerveillement de l'enfant qui ouvre une boîte de playmobil (ceux avec le cheval Prince Noir et la carriole avec des vraies roues qui roulent) que les gnocchi étaient très enclins au fait-maison. Ils sont même d'une simplicité désarmante, puisqu'ils ne nécessitent rien d'autre que trois ingrédients, quelques minutes devant soi, et des mains qui s'amusent à rouler des boulettes en écoutant une musique sympa, ce qui remplace n'importe quelle activité relaxante du soir. (Parfois, plutôt que le yoga, une bonne séance de gnocchi, et ça repart.)
Autre (très) grand avantage aux gnocchi maison : ils sont très peu chers. Alors que des gnocchi achetés dans un plastique au rayon frais (bio ou non) reviennent rapidement à 12 euros le kilo, les gnocchi maison coûtent environ 4 euros le kilo. Soit moins d'un euro par personne.
Ah oui, encore un avantage : ils sont constitués d'ingrédients simples et accessibles. Bruts. Ils sont customisables à souhait, on peut rajouter l'herbe ou l'épice que l'on veut, mais j'avoue que je préfère les faire nature pour varier l'accompagnement, et en revenir ainsi à l'essentiel, la vraie cuisine italienne humble et simple, nourrissante et épurée de fioritures.
Dernier atout (cœur) : ils se conservent très bien au frais (voire au congélateur).
Ah oui, et joker...
C'est bon.
Surtout lorsqu'on les accompagne d'une poêlée de légumes toute simple et de quelques noisettes, juste assez petites et rondes pour s'entendre avec eux...


Convaincus ? Prêts à gnocchiser, les gnoccocos ?

Bon.





Etape 1 : réunir les ingrédients.
Des patates, un jaune d'œuf (facultatif), de la farine.
Vous suivez, jusque là ?...

Etape 2 : Faire cuire les pommes de terre AVEC la peau (grand commandement de toute bonne purée : il faut éplucher aprèèèès cuisson. Sinon, grand malheur, calamitas, horribilis, horresco referens, va brûler (tes doigts) en enfer de la patate.
Attendre donc qu'elles refroidissent et éplucher.

Etape 3 : Réduire en purée avec une fourchette (ou un presse-purée, mais je n'en ai pas. C'est un sujet sensible chez moi, ne cherchez pas. Donc bon, à la fourchette, ça marche.)
Ajouter le jaune d’œuf et la farine.
La difficulté est de fariner suffisamment pour obtenir une pâte maléable, mais pas trop non plus, sinon les gnocchi perdent en moelleux. J'aime bien utiliser 150 à 200 g de farine pour 600g de pomme de terre, mais libre à vous d'adapter, selon la texture du moment, il en faut parfois plus, parfois moins.
Parfois, je mets moitié farine, moitié semoule très fine de blé dur, comme pour des pâtes, ce qui est réellement bon.

Etape 4 : (Attention, 3 levels.)

Level 1 : Former des boudins.


Level 2 : Couper les boudins. (Vous suivez?)

 

Level 3 : Rouler dans les mains farinées pour former des gnocchis.

 

(Pour finir le Super Mario Boss level, on peut donner aux gnocchi leur petite forme caractéristique à l'aide d'une planche à gnocchi. On peut également se servir des dents d'une fourchette (décidément, la fourchette est votre amie dans cette histoire). Mais j'avoue que l'idée d'avoir une petite planche à gnocchi faisait partie de mes rêves les plus fous, on ne se refait pas. Sauf qu'en France, c'est plutôt introuvable, bien que très commun en Italie. Ainsi, quand, dans une boutique florentine, j'en ai trouvé une, posée comme un accessoire évident entre les machines à café et les passoires, je n'ai pas résisté : malgré mon engagement à la Vie à la Mort de ne rien ramener de mon voyage, j'ai réussi à trouver une place pour elle dans ma valise, et je la sors religieusement avec tout l'amore du monde.)



Etape 5 : faire cuire les gnocchi quelques minutes dans l'eau bouillante (je compte environ deux minutes : juste le temps qu'il leur faut pour remonter à la surface de la casserole), et les retirer à l'aide d'une écumoire. Plongez-les alors dans un saladier plein d'eau avec quelques glaçons, pour arrêter la cuisson.

Généralement, je réalise ces étapes l'après-midi, pour manger les gnocchi le soir. Mais on peut tout faire le soir même. On peut aussi les conserver au frais un ou deux jours à ce stade.
Au moment du repas, il suffit de déposer les gnocchi dans une poêle légèrement huilée pour les faire dorer légèrement, et de leur rajouter l'accompagnement qui nous plaît.

Je vous donne la recette de cette assiette-là, mais amusez-vous !


Gnocchi à la sauce tomate, noisettes et basilic

 Pour deux personnes

Pour les gnocchi :
300g de pommes de terre (plutôt farineuses)
100g de farine (intégrale)
1 jaune d’œuf (facultatif, mais il faut alors ajouter un peu de farine)

Accompagnement :
3 tomates
½ poivron rouge
Quelques feuilles de basilic
Une poignée de noisettes
Faites les gnocchi comme indiqué, jusqu'à les pocher dans l'eau bouillante, soit juste avant le repas, soit plus tôt.
Faites dorer les noisettes grossièrement concassées une dizaine de minutes dans le four ou dans un poêle à sec.
Au moment du repas, faites chauffer dans une poêle un peu d'huile d'olive. Faites fondre un peu les lamelles de poivron et de tomates.
Retirez-les de la poêle, disposez-les dans deux assiettes creuses, et couvrez-les pour conserver la chaleur.
Dans la même poêle, rajoutez un filet d'huile d'olive, et disposez les gnocchi.Faites-les sauter à feu moyen quelques minutes, puis déposez-les sur le dessus des légumes. Ajoutez dans l'assiette quelques feuilles de basilic, quelques copeaux de parmesan, et les noisettes.

Salez, poivrez.












34 commentaires:

  1. Attends, attends, attends... Tu as un moule-gnocchi, toi ? Je suis sans voix, je ne savais même que pas ça existait ! C'est le comble du chic ! (ou de la simplicité pour les Italiens, si j'en crois ton article...) ;-)

    Oh la la, la classe tes petites boules crantées !Tu me ferais presque envie de... me remettre aux gnocchi maison !
    Parce qu'il faut bien que je t'avoue : ma première/dernière tentative a été un désastre. Bon, il faut dire que j'ai mal commencé : j'ai eu l'idée de faire des gnocchi au brocoli... Oui, je sais, ça augure mal. Mes petits gnocchi, il faut bien l'avouer, étaient ravissants avant cuisson ! (si si, j'ai même une photo qui le prouve) Crantés artisanalement à la fourchette de métal (une technique remontant à la pré-antiquité et qui serait encore utilisée dans les plus fameux restaurants à gnocchi de la péninsule), frais et verdelets, gourmands, alléchants, bref... prêts à passer à la casserole ! La casserole... le drame de tout gnocchier ! Je passerai les détails, mais disons que le potage obtenu - très, très dilué - à la farine, aux pommes de terre et au brocoli a été pour le moins... intéressant. Et que je n'ai pas souhaité tenter de nouveau le diable depuis....

    Ton article est un appel du pied : il faut que je m'y remette. Parce qu'avec d'aussi jolis gnocchis, amoureusement moulés et si bien accompagnés, je n'ai plus le choix, il me faut succomber !

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Mais ouiiii c'est chic! Ou très habituel pour un italien... J'adore faire la courses aux objets comme celui-ci, rares chez nous et communs ailleurs!
      Bon les gnocchi se prêtent peu à l'envoi postal, malheureusement... (Cela dit, je peux essayer, tu
      sais que je suis No-Limit :-D) Mais si tu renouvelle tes essais, dis moi!
      Effectivement, commencer direct avec du brocoli est un peu ambitieux... J'ai moi aussi eu des expériences de désintégration du gnocchi éparpillé façon puzzle! Je crois qu'il y a plusieurs trucs :
      -Commencer par des gnocchi exclusivement pomme-de-terre+farine (soyons raisonnables :) ou patate douce, aussi, ça marche bien!)
      -Ne pas hésiter à bien fariner, la pâte, les mains, le plan de travail, (le sol de la cuisine et le dessus de son pantalon en bonus éventuel)
      -Laisser reposer les gnocchi un peu avant la cuisson, sous un torchon, au frais.
      -Une fois qu'ils sont pochés, on peut ajouter un peu d'huile d'olive pour les conserver, mais généralement, c'est plutôt l'étape du pochage qui pose souci... Il faut y aller très délicatement, en mettre petite quantité par petite quantité à la fois dans la casserole, (environ une poignée à chaque fois), et les retirer doucement avec l'écumoire.

      Sinon pour les zébrer, plutôt qu'une fourchette, tu peux aussi utiliser la base d'un fouet! Ou ne pas les zébrer du tout, d'ailleurs... C'est l'option mamma à l'arrache, et elle fonctionne également très bien!
      Plein de bisous Ophélie!

      Supprimer
  2. Raaah...
    J'adore les gnocchis maison !
    Grillés, juste cuits dans l'eau, avec une sauce au roquefort, ou juste un peu de beurre, ou une sauce tomate...
    Miam !
    J'adopte aussi la méthode de la demi-roulade sur fourchette inversée, mais j'avoue qu'une plaque à gnocchi ne serait pas de refus :)
    Bref, les voir s'accumuler sur la planche, en se régalant par avance de la consistance... hmmm...

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Oh merci beaucoup Iliana!
      Oui avec un peu de beurre, hum! En revanche le roquefort, je passe mon tour, je n'aime pas ça du tout! A Venise ils les servent souvent avec une sauce crémeuse au poisson (saumon souvent), et comment dire... c'est sublime, absolument pas photogénique, mais régressif en bouche, fondant, perfecto!
      Et pour la planche à gnocchi... C'est vrai que c'est trop chouette! En plus on peut faire une sorte de pâtes avec... Un autre article peut-être?...
      Bonnes vacances et bon repos Iliana! A bientôt j'espère!

      Supprimer
  3. Idem, c'est un truc que j'ai toujours eu envie de tester, mais on (et "on" est nombreux) m'a dit que c'était moins facile qu'il n'y paraît.... Ne fais pas la modeste, tu es la reine des gnocchis !

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Mais siiiiiiii c'est facile! Et surtout trop rigolo à faire! Essaie, et si ça ne fonctionne pas, tu me dis, un atelier gnocchi est si vite organisé! ;-)

      Supprimer
  4. Woh, merci pour ce très chouette article qui me donne (enfin, à 35 ans il serait temps!) envie de goûter des vrais gnocchis, et donc de les faire!
    J'ai testé ceux du supermarché une ou deux fois dans ma vie et je n'avais pas accroché du tout... mais là, je suis sûre que c'est terrible. :)
    La fourchette fera l'affaire, j'ai déjà l'attirail à makis, on ne peut pas tout avoir hein!

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Les vrais gnocchi sont vraiment faciles à faire Gwenn tu verras! C'est une base qui, un peu comme les crêpes ou les pâtes même, n'a pas grand chose à voir que l'on choisisse de les faire maison ou de les acheter au rayon frais.
      Les "maison" sont beaucoup plus fondants, ils ont un goût... de pomme de terre, en fait (scoop).
      Oh oui la fourchette est une parfaite rayeuse! Et tu sais quoi, moi je n'ai pas d'attirail à maki, je n'en ai jamais fait, et même.... jamais mangé!

      Supprimer
    2. Ça a l'air simple effectivement! Et l'autre lien avec les crêpes et les pâtes c'est qu'on peut les assaisonner/accompagner de 1001 manières différentes. J'ai hâte d'essayer. :)
      Tu n'as jamais mangé de maki?! C'est tout un monde de finesse que je te souhaite de découvrir! J'en parle un peu chez moi ( http://www.nomadescence.fr/sushi-party/ ), si jamais ça peut t'inspirer. ;)

      Supprimer
  5. Non, mais quel article, Cél ! Ca fait une éternité que je n'ai pas mangé de gnocchi, et maintenant, je n'attends plus que ça ;-)

    Pour ce qui est des gnocchi faits maison, si je n'avais pas lu le message d'Ophélie avant, j'aurais mis la même chose ! Un dé-sa-stre... J'avais voulu faire des gnocchi au panais, mais du coup c'était super aqueux, j'avais du mettre plein de farine et ça ne ressemblait à rien. Et je ne te parle même pas du moment où j'ai voulu les faire revenir à la poêle, c'était de la purée plus qu'autre chose. Du coup j'ai abandonné, mais tu me donnes bien envie de retenter l'expérience ! En plus, c'est le genre de chose qui ne nécessite pas de four... Ils vont peut être venir remplacer l'éternelle semoule, ces mignons-là ! ;-)

    Et pour la planche, je crois que ma grand mère en a une... C'est le paradis italiano-culinesque en Angleterre chez elle ;-) (d'ailleurs, on l'appelle Nana, contraction de nonna et nanny !.. )

    Allez vivement les vacances pour essayer tout ça, je sens qu'on va se régaler !
    Bon courage pour cette dernière ligne droiiiiiiite ! {émoticône tout ce qui te fait plaisir - dont 10 000 <3, tant pis pour la culculitude ;-) }

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Hi hi Gaëlle tu es trop <3
      Oui le panais me paraît peu gnocchisable, ou à mois d'en mettre une toute petite proportion avec de la bonne vieille pomme de terre...
      J'ai écrit l'article en pensant à une lectrice qui n'a pas de four...mais un congélateur...
      Et en me disant que la patate, accessible et réconfortante, était une bonne solution de repli en cas de ras-le-bol de couscous!
      La planche, c'est vrai ta grand-mère en a une? Génial! J'aurais adoré avoir une grand-mère qui m'apprenne à faire les gnocchi!! Nana, c'est mignon comme non, même si je dois trop lire Zola, et que cela me fait rire comme rapprochement...
      Sinon tu sais que j'ai écris dans ma liste de trucs cools à faire pendant les vacances plein de recettes-de-Gaëlle? Hum, je te tiens au courant! <3

      Supprimer
    2. Ooooooh <3
      Tu es trop, trop gentille Cél ! Les gnocchi seront sans aucun doute au menu pendant les vacances, et pas que... J'ai hâte !
      Si tu veux, en gros, chez ma grand mère, c'est cuisine anglo-franco-ukraino-italienne (avec un peu d'indienne)... Je ne te raconte même pas !
      J'espère que ça te plaira, alors <3 (ton crumble est prévu pour lundi... En espérant que le four re-fonctionne ! Je trépigne)

      (j'en apprends tous les jours : Brad Pitt en Benjamin Button ?! Je n'avais même pas remarqué... je suis irrécupérable. )

      Supprimer
  6. Hello petit écureuil numéro un !

    Bon je sais, je devais t'écrire et je ne l'ai même pas encore fait ! Et pourtant ce n'est pas l'envie qui me manque ! Plutôt le temps !!! Allez, même si ce petit commentaire ne remplace pas un bon vrai mail, il s'imposait tout de même au vu de l'article. Il y a deux jours, j'allume mon ordi pour tomber sur la MAGNIFIQUE fournée de biscotti d'Ophélie (qui t'étais destinée à ce que j'ai cru comprendre, petite veinarde ^^). Je me dis, IL FAUT QUE je les fasse !!! Ni une, ni deux, j'enfile le tablier, retrousse mes manches et "patoune" dans la farine au beau milieu des effluves de fruits secs et cannelle. Résultat : une tuerie (je n'en doutais pas !). Oui, sauf que ce soir, je rallume ce même ordi (objet de damnation !) et là...je tombe sur TON ARTICLE ! Des gnocchi ! Si jolis, si dodus, si dorés qu'on en mangerait... Et voilà comment je vais être obligée de renfiler mon tablier durant le week-end, pour "patouner" de plus belle entre farine et pommes de terre ! Et puis le truc, c'est que BISCOTTI ça rime avec GNOCCHI...et ITALIE ! C'est un signe pour que je m'y mette !

    J'avoue en avoir déjà réalisé à deux reprises mais je n'avais pas trouvé le résultat à la hauteur des heuuuures que j'avais passé à les façonner / pocher / rissoler ! Les miens étaient plutôt fades et tristounes :(
    Je relèverai donc le défi : les gnocchi de Cél !

    Et comme le dit si bien Ophélie, moi aussi en bonne ignare de la culture italienne et de ses ustensiles si improbables, j'ignorais l'existence de cette petite planche à gnocchi. Du coup, je resterai également à l'âge de pierre, armée de ma fidèle fourchette ! ^^

    Continue à nous faire rêver avec tes belles assiettes et si je le pouvais, je sais autour de quelle tablée j'irai m'installer pour mon repas du soir ;)

    Ecureuil numéro 2

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Merci beaucoup petit écureuil! Tu me fais rire :-D
      Pour les biscotti, j'ai beaucoup de chance, ça c'est sûr! J'ai de la chance aussi d'avoir vos regards de lecteurs et des petits clins d’œil comme le tien, qui sont d'autres petits biscotti épicés et doux comme des cadeaux!
      Pour les gnocchi, la fourchette marche très bien! Ils étaient fades, les tiens? En fait tout dépend de l'accompagnement! Cela fonctionne comme des crêpes, ou des pâtes : seuls, ils n'ont pas de goût incroyable, pour être les compagnons de choix pour toute garniture! Tu me diras si tu testes. Bisous petit écureuil numéro 2!

      Supprimer
  7. Ralala, du retard, retard retard, j'avais ... du retard, retard, retard, j'ai rattrapé (ahem, on notera la référence subtile - ou pas xD - à Alice au Pays des Merveilles et son lapin en "r'tard, en r'tard, en r'tard") !
    Parce qu'à être partie au bout du monde, la connexion internet se fait doucement moins présente ! Mais alors quel plaisir de retrouver tes posts, tout plein des couleurs d'automne, tout plein de senteurs d'automne (si si, je sens d'ici tes p'tits plats simples mais ô combien délicieux ;) !), tout plein d'ingrédients d'automne ... bref, tes mots restent un p'tit bonheur à lire ^^ !

    Entre les haricots magiques, les beaux gosses (et les tiens, hein, pas les google-isés ;) !) et la tasse Petit Prince, ma tête est pleine de jolies choses :) ! Décidément, tu as le chic pour nous glisser des étoiles au coin des yeux, du coeur et des lèvres ^^ !

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Haha mais tu sais, il n'y a pas de "retard" ici, jamais! Je suis souvent en retard partout ailleurs, alors sur cette pincée de sel, décidons que le retard n'existe pas!! Chacun fait comme il veut, lit à son rythme, moi-même, j'avoue que j'écris à mon rythme, et que je vous réponds de même... Sentons-nous libres, affranchis de tout "retard", et de tout cadre spatio-temporel!!
      Tu es adorable pour l'image des étoiles, j'adore sa poésie...
      Et pour la tasse du Petit Prince, toi aussi tu la trouves trop trop adorable? C'est ma préférée!! En plus elle est ronde du bas donc très agréable à tenir des deux mains, ce que j'adore faire le matin... Bises Zouglougloute mignonoute!!
      PS : "à l'autre bout du monde"?...???? Mais où es-tu? Fais-nous rêver... ;-)

      Supprimer
    2. "La pincée de sel", ce pays où le retard est un mot qui n'existe pas ! Alors ça, ça me plaît bien :) ! Envoyons valser toutes ces conventions pour profiter de ce joli pays, ton joli pays ^^ !
      En parlant de pays, je suis à des milliers de kilomètres de la douce France. Là où se côtoient 3 différents types de kiwis (beh voui : kiwi-fruits, kiwi-birds et kiwi-people, attention à ne pas les confondre pour ne pas froisser l'un d'entre eux ;) !), où la nature est omniprésente, où la gentillesse des gens est indescriptible, où des p'tits bonshommes aux pieds poilus vivent (n'allons pas contredire Tolkien ;)!) ... bref, je suis en Nouvelle-Zélande pour un petit temps ... avant sûrement de m'envoler vers d'autres horizons asiatiques, australiens ou encore sud et nord-américains (non non, il n'y a pas d'idée de p'tit tour du monde derrière tout ça ;) !) ! N'arrêtons jamais d'en prendre plein les mirettes ni plein le coeur, de quelque manière que ce soit :) !
      Voilà ma p'tite part de rêve que je partage rapidement en mots ^^ !

      Que le vent t'apporte de petites bises néo-zélandaises !
      Profite de ce dimanche d'automne ^^ !

      Supprimer
  8. Bon vu comme ça, ça a l'air plutôt simple les gnocchi en fait. Alors cet après midi, comme j'avais décidé aussi de faire des biscotti (étonnant, hein), j'ai pris des pommes de terre. Demain, ce sera opération gnocchi, j'espère les faire aussi beaux que les tiens !
    Décidément, cette année, que d'expérimentations culinaires ! Merci pour tes bonnes idées et ta bonne humeur communicative Cél !
    A tout bientôt, des bisous !

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Ah ah je ne sais pas si tu as testé, du coup! Tu as pris des pommes de terre "normales" ou des "à purée"? Cela dit la première version fonctionne aussi, même si c'est plus dur d'en obtenir une purée bien épaisse et sans morceaux.
      C'est vrai, c'est l'année du tablier de cuisine? :-) Oh mais c'est trop chouette, ça!

      Supprimer
    2. J'ai pris des patates à tout faire, il n'y avait que cela à la biocoop, mais je crains qu'elles ne soient pas très farineuses... Je verrai bien, l'important c'est d'essayer !
      Je vais essayer ce soir en fait, parce que hier c'était un véritable chantier après les biscotti et du coup j'ai eu envie de manger quelque chose de simple sans trop de préparation (je veux bien cuisiner un peu, mais pas tout le temps, parce que après il faut nettoyer et ranger) (et que c'est pas trop ma tasse de thé). Bon en fait, j'avoue, j'ai tricoté en regardant un film à la place de faire les gnocchi.
      Oui cette année je teste plein de choses, ce qui est assez pratique puisque je tourne vite en rond sur les mêmes choses alors ça me fait sortir de ma routine, mais parfois j'ai juste envie de granolas, de cookies et de smoothies, alors il faut que je me fasse violence pour ne pas manger que du sucré...

      Supprimer
    3. Alors voilà, mes premiers gnocchi sont de ce soir !
      Il y avait peut être un peu trop de farine, la purée n'était pas très lisse, les gnocchi étaient peut être un peu gros... Mais qu'est-ce que c'était bon ! Je recommencerai pour sûr, merci Cél !
      Je te souhaite une belle semaine !

      Supprimer
    4. Aaaah ah ah ah ah!! Super, tu es super, et merci de ce merveilleux compte-rendu ;-) Oui, c'est difficile de trouver le bon dosage de farine : pas assez, ils ne se tiennent pas, trop, ils sont pâteux... C'est un équilibre à trouver selon les papilles de chacun! Quant au côté lisse de la purée, oui, cela m'arrive aussi, du coup des fois il y a des gros bouts de patate dans le gnoccho, ce qui ferait sûrement hurler un Italien, mais qui ne me dérange pas vraiment, parce que, d'un seul coup, on a une mini explosion de pomme de terre en bouche, et j'aime bien cela, comme lorsque tu ne mélanges pas complètement ton chocolat en poudre et que d'un seul coup, tu trouves un petit amas de poudre non dissous dans ta bouche, qui constitue une explosion de chocolat (prétendument) involontaire!
      Quant à la taille, là aussi, c'est affaire de jugement! En théorie, plus ils sont petits, meilleur c'est... Jusqu'aux "gnochetti", "les petits gnocchi"! Mais après, la théorie et la pratique, hein... Les pâtes, par exemple, il faudrait les étaler le plus finement possible, laminoir au cran 7, mais j'avoue que nous sommes deux à préférer les pâtes un peu épaisses!
      Sinon, pour l'addiction au sucré, welcome to the club, ah là là, parfois, j'allège totalement le repas pour enrichir le dessert... Je fais cuire du riz, et, plutôt que de le mélanger à mes légumes, je le garde amoureusement pour le mélanger à ma compote de dessert, avec de la cannelle et un peu de lait d'amande... Bon j'arrête, ça me donne trop trop trop faim tout ça! Bisous Mnémo!

      Supprimer
  9. Oulalalala, que ça donne faim et que ça donne envie d'en faire :)

    RépondreSupprimer
  10. Bonsoir Cel,
    je suis un peu (beaucoup) à côté de la plaque mais je ne savais pas où poster mon mot. D'une j'avais suivi ta recette de boulettes de haricots rouges. Ca a été un régal. J'en ai fait manger des haricots rouges à ma famille! Alors merci.
    J'ai beaucoup aimé ton article sur la séduction. Je penche comme toi et trouve les premières photos trop "plastique".
    Ensuite j'ai vu que tu avais réalisé le granola de Gaelle (moi aussi, plusieurs fois...) mais je n'ai jamais réussi à faire des gros morceaux. As tu modifié quelque chose ?

    Bonne continuation de vacances et merci pour tous tes partages

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Merci de ce commentaire! Mais il n'y a pas de "à côté de la plaque", ici, on dit ce qu'on veut où on veut ne t'en fais pas ;-)
      Merci pour les boulettes de haricots rouges. C'est vrai que c'est trop bon, tu me donnes envie d'en refaire, cela fait longtemps!
      Pour le granola, il y a plusieurs trucs pour obtenir des pépites :
      -mettre un peu plus de sucrant. Tout dépend de tes cuillères à soupes... Souvent je mets 1/3 de sucrant (miel, sirop d'agave, d'érable...) pour 1 de flocons. Donc pour 300g de flocons, 100g de sucrant... Je le fais avec d'autant moins de scrupule que je ne mange pas des quantités énormes de granola à la fois, je l'utilise plus comme un "topping", et puis, c'est toujours deux fois moins sucré que des céréales industrielles!
      -Bien tasser le mélange sur la plaque de cuisson (ou dans le plat du four) et, à la sortie du four, ATTENDRE sans rien toucher, qu'il soit totalement refroidi. Là, on peut le casser en pépites... (C'est juste une affaire de patience ;-))

      Tu me diras si cela marche mieux! Bonne soirée, et merci de ton merci ;-D

      Supprimer
  11. Merci Céline pour cette recette ! Première fois que je teste les gnocchis, je suis très contente du résultat, c'était vraiment trèèèès bon ! Bon, par contre j'en avais fait un régiment, donc on en a mangé une fois à la sauce tomate et une autre fois avec ton accompagnement (les petites noisettes qui craquent en bouchent, HUUUUM !!!)
    Merci merci merci ! Je teste tes biscotti bientot, ils me donnent super envie !

    RépondreSupprimer
  12. Je découvre ton blog, et vraiment, ton article donne envie de recommencer les essais de Gnocchis !
    Premiers essais catastrophiques !

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Merci beaucoup gentille Maman des Chouettes! J'espère que tu réussiras les gnocchi, c'est si bon! :)

      Supprimer
    2. Merci :-)
      J'ai oublié les pommes de terres, aux courses, je pensais encore en avoir... ça sera pour la semaine prochaine ! (Mon mari trépigne d'impatience, j'ai pas intérêt à me louper ! lol )

      Supprimer
  13. bonjour Cel
    je fait un devoir sur les gnocchis et aurais voulu savoir quelles sont les combinaison possible, j'ai vu que on pouvais les faire avec des carotte, de la courge, avec des herbes, meme avec des miettes de pain! en tout cas bravo pour tes gnocchis, ca a l'air délicieux.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Bonjour! Oh là là, un devoir sur les gnocchi? Mais tu as TROP de chance! :) J'adorerais avoir un tel devoir à faire! Pour les combinaisons possible, c'est vrai qu'on peut intégrer au mélange de pomme de terre et farine un autre légume, à condition de garder une bonne proportion de pomme de terre (sinon les gnocchi ne tiennent pas, ils se délitent totalement au moment du passage dans l'eau bouillante!) On peut ajouter un peu de purée d'autre chose, de carotte ou de courge, ou même de blettes ou d'épinards, juste pour donner une jolie couleur et un petit goût... On peut également remplacer tout ou partie de la pomme de terre par de la patate douce. Pour les herbes, on peut également intégrer toutes sortes d'herbes à la préparation avant la cuisson, comme du basilic, du thym, du romarin, ou même des épices comme du curcuma. Les gnocchi sont un plat très adaptable, et comme leur esprit est d'être nourrissants en partant des ingrédients du placard, peu chers, ils peuvent être déclinés facilement selon les saisons. Il existe également des "gnocchi à la romaine", avec de la polenta, très fondants... Je t'embrasse et te souhaite bon courage pour ton devoir! :)

      Supprimer
    2. Merci pour ton aide, le BAC c'est demain et j'ai un bon devoir sur les gnocchis, j'ai parler a une ancienne Italienne (101 ans) elle m'a donner la véritable recette des gnocchis, avec des pomme de terre et de la farine et c'est tout. il suffit juste d'utiliser la variété Mona Lisa, une pdt consistante qui tien bien a la cuisson. Elle m'a dit que c'était un plat de pauvres dans lequel on met tout ce que l'on trouve. C'est pendant la guerre que les femmes on trouver autant de variations au gnocchis. ma prochaine recette je l'essaye a la noix de macadamia, ca devrais être pas mal! allez Chao! comme ils disent au pays.

      Supprimer

*Merci de vos mots! *