lundi 8 septembre 2014

Boum boum boum


 

Dans la rubrique "réfléchissons sur la langue"

(C'est le cas de le dire...)



Je l'ai déjà dit, je ne veux pas faire ma vieille prof de français ronchon avec un chignon. (D'abord, je n'ai pas de chignon.)
Mais quand même. La première fois que j'ai entendu ça (version en musique ici), j'ai été atterrée. Le mot est faible. Je n'ai rien contre Mika, au contraire même, j'avais en tête le Mika du premier album, de Grace Kelly, plutôt honnête, avec une vraie voix de chanteur, et des chansons qui donnent le sourire.
Mais voilà, une chanson en anglais avec des paroles bien creuses donne toujours plus le sourire qu'une chanson en français avec les (mêmes) paroles bien creuses. C'est un grand théorème de la chanson : non-inspiré-littéraire, sing in English, inspiré, try in French but fais gaffe la barre est high. Oui, Champs de Fraises pour toujours, Le spectacle doit continuer, Hier tous mes problèmes semblaient si loin (oh je crois en hier), c'est sûr, ça passe beaucoup moins bien qu'en version originale.
Donc, soyons clairs, Mika, je t'aime bien.
Mais, je t'en prie, je t'en conjure, chante en anglais.
Parce que sinon... Ça donne ça.
[Si, lisez, ce sera votre torture du jour.]


"Boum Boum Boum"(Mika)

Qu'importe l'endroit, le contexte
On a toujours un bon prétexte
Pour tomber nos "fruit of the loom"
Quand toi et moi on fait boum boum boum
Quand t'es pas là j'fais n'importe quoi
J'prends des kilos des téquilas
Je chante les chansons d'Oum Kalthoum
Je ne pense qu'à nos boum boum boum

Et tous les bourgeois du 16ème se demandent pourquoi je t'aime
Pour le voir pas besoin d'un zoom quand toi et moi on fait boum boum boum

Boum boum, boum boum boum
Boum boum, boum boum boum
Boum boum, boum boum boum
Boum boum

Hier on était chez ta mère, elle a failli tomber par terre
En entrant le dressing room quand toi et moi on faisait boum boum boum
Dans les ascenseurs des hôtels on sait monter au 7ème ciel
On envoie balader les grooms quand toi et moi on fait boum boum boum
Et tous les bourgeois du 16ème se demandent pourquoi je t'aime
Pour le voir pas besoin d'un zoom quand toi et moi on fait boum boum boum

Boum boum, boum boum boum
Boum boum, boum boum boum
Boum boum, boum boum boum
Boum boum

Quand on reçoit des invités on ne sait même pas résister
Entre le thé et les Loukoums y a le temps d'faire boum boum boum

C'est vrai que les murs ont des oreilles, que tous les voisins se réveillent
Mais c'est comme ça qu'on fait l'amour quand toi et moi on fait boum boum boum
Et tous les bourgeois du 16ème se demandent pourquoi je t'aime
Pour le voir pas besoin d'un zoom quand toi et moi on fait boum boum boum
S'aimer comme ça, c'est pas vulgaire
On a toujours un truc à faire, les étagères font badaboum
Quand toi et moi on fait boum boum boum!

Boum boum, boum boum boum
Boum boum, boum boum boum
Boum boum, boum boum boum
Quand toi et moi on fait boum boum boum
Boum boum, boum boum boum
Boum boum, boum boum boum
Boum boum, boum boum boum
Boum boum, boum boum boum

Un plus Un, ça fait toujours deux
Deux plus deux ça fait tout ce qu'on veut
C'est comme les coups d'Brahim Asloum
Toi plus moi ça fait boum boum boum
Pas la peine d'aller cavaler
Y a que ça qui me fait voyager
Pas les cocotiers de Touloum
Quand toi et moi on fait boum boum boum

Et tous les bourgeois du 16ème se demandent pourquoi je t'aime
Pour le voir pas besoin d'un zoom quand toi et moi on fait boum boum boum
S'aimer comme ça, c'est pas vulgaire
On a toujours un truc à faire, les étagères font badaboum
Quand toi et moi on fait boum boum boum

Boum boum, boum boum boum
Boum boum, boum boum boum
Boum boum, boum boum boum
Quand toi et moi on fait boum boum boum
Boum boum, boum boum boum
Boum boum, boum boum boum
Boum boum, boum boum boum
Quand toi et moi on fait boum boum boum


Je suppose que vous avez tous entendu cela à la radio cet été, sauf si vous n'écoutez que France Culture, ou que vous habitez de l'autre côté du monde, ou que vous êtes sourd/exilé politique/sans électricité/ermite/auditeur exclusif de gramophone.
Sinon, j'aime bien France Culture aussi, hein.
Mais voilà, il m'arrive d'écouter des radios musicales et d'être une fille normale, et de garder dans la tête toute la journée "boum boum boum", en disant, diantre, langue française, pardon, pardon, ne nous quitte pas (il faut oublier Boum Boum Boum, tout peut s'oublier), reste un peu vivante, et que les échos de ta poésie soient plus vibrants que les boum boums ou les bip bips de ton électrocardiogramme aussi inquiétant que celui du patient le plus hâve de Dr House. (Dr Maison, pour la francophonie.)





Après m'être lamentée et avoir douté du réel apport à la cause gay représenté par ce chef-d'œuvre, après avoir cherché dans quel dictionnaire de rimes Mika avait trouvé que boum rimait avec zoom, groom et badaboum, je me suis demandée si un jour de tels textes étaient susceptibles de tomber dans le vivier du patrimoine littéraire. Si, vraiment, on pourrait envisager une étude littéraire d'un tel morceau de bravoure.
Cela donnerait, peut-être quelque chose comme cela. Je ne développe pas et vous laisse le soin d'imaginer comment compléter le plan.


COMMENTAIRE


Introduction
Michael Holbrook « Mika » Penniman, Jr., dit Mika, né le 18 août 1983 à Beyrouth (Liban), est un chanteur, auteur-compositeur de pop britannico-libanais. Anglophone, sa maîtrise du français s'atteste par des morceaux d'anthologie tels que "Boum boum boum".
Son premier album Life in Cartoon Motion est certifié disque de diamant en France avec plus de 1 200 000 exemplaires écoulés et est, dans l'hexagone, l'album le plus vendu en 2007. Dans le monde, il s'en est vendu plus de 19 millions1. Son second album, The Boy Who Knew Too Much, s'est vendu à près de 400 000 exemplaires en France. C'est cet album qui lui a permis de recevoir le triple disque de platine lors de son concert à Bercy. En juillet 2011, il sort le single Elle me dit, chanté en français, une première pour lui. En juillet 2014, le chanteur et coach de The Voice renouvelle l'expérience de la chanson française, et révèle un des titres de son prochain album, Boum boum boum, qui devient rapidement un grand succès de l'été.
Dans ce titre engagé, le chanteur évoque des problématiques profondes malgré une mélodie légère.
Comment Mika parvient-il à faire de cette chanson apparemment simple et anodine un lieu de revendication et d'engagement? Quelle conception de l'Amour et de la Vie l'auteur cherche-t-il à construire, à son propre égard et celui de son public?

I. La conception de l'amour

*Violence inhérente
Répétition du "boum boum", refrain simple et récurrent, martèlement de l'amour-force, l'amour-violence, l'amour-coup.
Acte amoureux perçu comme libérateur d'un carcan de contraintes, violation des règles plus que celle du corps.
Brutalité heureuse, au point d'en abîmer le mobilier (les "étagères font badaboum", les "voisins se réveillent", les grooms sont congédiés avec la même vigueur. )

*Folie et perte de raison
Folie négative lors de l'absence de l'autre : "J'fais n'importe quoi", "je prends des kilos des téquilas" (allitération de dentales à la fois en tant que jeu langagier et illustration sonore de la perte de contrôle).
Folie positive lors de l'acte amoureux vécu comme union salvatrice, même déraisonnable. 


II. L'épanchement personnel

*Une déclaration
Adresse directe à l'être aimé, 2ème personne du singulier récurrente.
Répétition du "toi et moi", "on", "toi plus moi", addition libératrice à la somme dont l'évidence est martelée.
 Affirmation d'un acte plus amoureux que vulgaire, répétition du verbe aimer : "s'aimer comme ça", "je t'aime",  même "on fait l'amour", comme une version correcte du "boum boum" apportant une explicitation de l'acte perçu comme preuve d'Amour, comme construction (on "fait") après la déconstruction du décor et des habitudes. Amour agapê et Amour éros ne font qu'un.

*Le parti pris social
Répétition du regard désapprobateur de l'Autre, extérieur au "toi plus moi" : "ta mère", "les bourgeois du XVIème", "les amis" qui viennent dîner. Chute la mère ("tomber par terre") écho au boum boum qui n'est pas une chute mais presque une élévation, au dessus des lois et des conventions.


III. Liberté revendiquée

*Du comportement
 Idée majeure : "qu'importe l'endroit le contexte", acte amoureux à effectuer en tout lieu et à tout moment. (jour et nuit : "les voisins se réveillent", pendant le repas : "entre le thé et les loukoums", dans un passé proche : "hier", et dans un présent d'habitude "ça fait boum boum boum.")
Appel à lâcher prise sur les conventions et à ne "pas résister".
Chanson engagée-éloge de liberté, liberté d'acte et liberté de pensée, avec pour aboutissement l'idée "ça fait tout ce qu'on veut'", indépendance du sentiment et de la conduite.

*De la langue
Mélange des langues, français et anglais, affirmé pour mieux illustrer le mélange des genres, et la liberté à considérer dans l'union et la désunion. ("Fruit of the loom", "dressing room").
Néologisme répété du "on fait boum boum boum", acte libérateur d'une langue à  l'image de la relation : sans contrainte.

*Des cultures
Mélange des cultures, enfin, summum (soummoum?) du boum boum, choc des religions et des États, comme un ultime plaidoyer à l'union polyglotte. Loukoum, Brahim Asloum, Touloum, Oum Khaltoum.
Boum des cultures affirmant la relation physique et amoureuse comme une fusion, violente mais élévatrice, supérieure, dans une échelle des plaisirs et des chocs des cultures, à tout voyage. ("pas la peine d'aller cavaler, y'a que ça qui m'fait voyager.") La liberté du mélange des cultures trouve son aboutissement dans la liberté d'Aimer, point d'orgue à la liberté de religion, de langue, d'éducation et de culture.

Conclusion
Cette chanson au refrain enivrant est donc, plus qu'un simple tube de l'été, une véritable chanson engagée,  porteuse des valeurs profondes de l'auteur, et véhiculant un plaidoyer en faveur d'un acte amoureux s'affranchissant de toute contrainte du monde et des esprits, à la violence répétée et libératrice.


Photo mikafans.net



Voilà, voilà.
Et pour clore ce petit intermède, j'ai pensé que peut-être, il était possible de mettre en alexandrin sans "groom" "loukoum" et "badaboum" les mêmes idées (ou à peu près).


Ça donnerait, je ne sais pas, un truc comme ça...



Que m'importe l'effet que m'importent les lois
Que m'importent les us, le clergé ou l'État,
Je ferai fi de tout pour être entre tes bras,
Trahirai ma promesse et tournerai mes pas,
Rien que pour te toucher, rien que pour être à toi.

Cruelle abnégation, ou douce violence?
Honteuse tentation, ou naturelle danse?
Plaisante chair où tout de nous deux est en transe,
Forts ébats forte union fort besoin que l'on panse,
Bien plus bruyant et vif, bien plus vrai que l'on pense...

De nous deux le toucher vient pour tout bousculer,
Enivrer en fracas, et à jamais casser,
le fragile équilibre, ou la sérénité
du cerveau bien trop sage, et du bourgeois fieffé
qui condamnent notre âme, et veulent tout juger.

Mon ami, soyons libres, loin des calmes eaux,
Soyons "nous deux" partout, ici-bas et là-haut,
Touchons-nous, serrons-nous de nos mains sans anneaux,
Assumons nos élans, et vibrons à vau-l'eau
Pour une union plus vraie et un amour plus beau.



C'est sûr, c'est moins dansant.






21 commentaires:

  1. Tu es géniale. Quand deviens-tu parolière, histoire de remonter un peu le niveau musical ? ;-)

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Je demande à mon agent, pour le tube de Noël. (Toi plus moi ça fait ding dang dong.) ;-)

      Supprimer
  2. Diantre ! (J'allais mettre "Roooh", mais après un tel appel à la sauvegarde de la langue française, c'eût été malvenu ;-) ). Je suis très impressionnée par ta dissertation qui me renvoie quelques années en arrière, dans les couloirs du lycée et notre petite bulle de section L.
    Merci pour ce voyage dans le passé :)
    J'ai un peu honte, je ne connaissais même pas cette chanson. Pourtant, je ne vis pas dans une grotte...mais j'ai bien peur d'avoir démissionné des tendances musicales actuelles il y a trop longtemps ^^
    Bonne semaine !

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Merci beaucoup Sophain! Mais n'aie pas honte, qu'est-ce que tu racontes, savoure ta chance, plutôt! ;-) Cela dit, je trouve chouette d'écouter un peu de tout, sans a priori. Mais là, mon cœur peut-être trop fragile a bondi, quand même...! Bonne semaine à toi aussi!

      Supprimer
  3. Je crois que je viens décéder de rire, non mais allô quoi, tu es trop drôle ! Ton commentaire de texte m'a juste tuer. ;pp (bon j'essaie moi aussi d'écrire en français pourri mais j'ai du mal !). Bravo !!!!!

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Ne meurs pas Lili, que ferais-je sans tes bonnes recettes?... ;-) Merci!!

      Supprimer
  4. Eh bien eh bien, moi qui n'écoute jamais la radio, je ne connaissais pas, et alors aïe les oreilles, ouïe la langue (française)... J'adore ta version en alexandrins, mais à la radio on ne peut pas mettre de note de bas de page pour "fieffés", alors.. faut s'mettre au niveau, allo, quoi ! Que diantre allâtes-vous chercher là ?
    Ton commentaire est trop fort, il est parfait pour dénoncer les dérives de l'exercice qu l'on a rendu capable de gloser et d'emballer dans de beaux rubans n'importe quelle mouise... Bravo ! C'est drôle et réussi :-)

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Tu m'as fait rire Belle lettrée lettreuse!
      Pour le commentaire, c'est exactement cela, parfois, j'ai le sentiment d'un exercice très conventionnel qui embellit un texte pas forcément digne de cela, ou qui, à l'inverse, résume une pépite d'Or pur à un plan en trois parties...
      Merci Manon! A bientôt!

      Supprimer
  5. On en apprend des choses grâce à toi !
    Au détour d'une allée de magasin, j'avais entendu cette chanson me disant "encore un tube de l'été juste bon à faire bouger les fesses des gens et surtout pas leurs méninges !" Je crois que je n'aurais jamais imaginé que le compositeur en était Mika ! Bon je suis loin d'en être fan mais bon quand même, un jury de the Voice qui fait des chansons aussi niaises et se permet de juger d'autres chanteurs... Enfin bref.
    Ton commentaire, excellent ! J'ai eu le sourire aux lèvres en le parcourant de bout en bout, souvenirs des années de français qui me semblent bien loin maintenant ; réussir à faire quelque chose avec ce texte, franchement chapeau ! Je ne sais pas si moi même j'aurais réussi à en tirer quelque chose ^^
    Quant à ton poème... Wahou ! Je ne sais pas s'il est moins dansant mais il est en tout cas bien plus mélodieux et surtout plus profond que les paroles (?) de Boum boum boum !
    J'avoue que je ne m'attendais pas du tout à ça en lisant le texte de ton article, tu m'as offert une pause bien agréable, merci :)

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Mais moi aussi quand j'ai su que c'était Mika, je n'y ai pas cru!! Tu me rassures.
      Merci à toi pour ce gentil commentaire Gwenaëlle! J'espère que ta rentrée s'est bien passée ;-)

      Supprimer
  6. Ton commentaire de texte est tellement drôle Cél ! Tu es mon rayon de soleil de la journée !
    Voilà bien longtemps que je ne me suis plus prêtée à un tel exercice, mais en te lisant ça me redonnerait presque envie de m'y remettre, là, tout de suite.
    Rien que cela.
    Bravo pour tes mots inspirants et divertissants !

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Allons bon, cette journée aurait-elle été dure, ma pauvre Mnémo?... Je t'envoie toutes les pensées positives du monde! <3 Pour le commentaire, oui, essaie d'en refaire, c'est très agréable, (sur un vrai beau texte, encore plus), et comme le vélo, ça ne s'oublie pas! Tu me tiens au courant?...(Pendant une cuisson de ronds aux prunes par exemple... Ah et, tu peux remplacer l’œuf de chia par un vrai œuf, aussi! ;-))

      Supprimer
    2. La journée n'a pas été plus dure que les précédentes, j'ai juste une envie incroyable de partir en vacances ! Et puis rire un peu en fin de journée, il n'y a pas mieux pour se détendre !
      Le commentaire, je crois que je n'en ai plus fait depuis 2002, je crois que j'ai un peu perdu la méthode... A voir !
      Eh bien tu ne vas le croire ma chère Cél, mais tes ronds aux prunes ont été faits Dimanche soir (à 21h) et depuis, tous les soirs en dessert je me prends un (ou deux) petits ronds aux prunes.
      J'aime beaucoup, j'ai failli en emmener pour les collègues, mais j'ai peur que le sarrasin ce soit un peu trop pour eux ;-) Alors je les garde pour moi, je sais que je les apprécie à leur juste valeur
      *** Parenthèse "Tes recettes essayées" ***
      J'ai essayé le pâtisson aussi, qui avait une peau épaisse et dure. Je n'ai pas trop aimé le goût de ce légume tout seul, mais avec le reste c'était bien (et les noisettes torréfiées, c'est tellement bon !).
      J'ai aussi fait les pêches rôties, avec des pêches plates parce que j'adore, j'étais très fière d'utiliser le romarin du balcon et, de surcroît, c'était très bon !
      *** Fin de la parenthèse ***
      Bonne journée Cél !

      Supprimer
  7. Ah ah ah, c'est excellent !
    Mais à quand Mika au programme de l'agrégation ?
    Très bon exercice de style, et post très drôle :)
    (et je dois avouer que je ne connaissais pas non plus la chanson... trop de France Musique !)

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Oh mais quel plaisir de voir pointer le bout de ton nez! J'adore France Musique aussi! ;-) Merci Iliana, j'espère que nous pourrons vite en discuter de vive voix... Je te souhaite une merveilleuse semaine!

      Supprimer
  8. Une vraie gageure de faire un commentaire sur un tel texte! Et tu en es sortie victorieuse! Alors bravo et merci car c'était vraiment drôle! Un article si élégant et intelligent sur une "œuvre" si creuse, c'est un comble mais j'ai beaucoup aimé! Cela démontre une fois encore la finesse de ton esprit et ton côté espiègle! Je t'embrasse
    Emeline

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Oh c'est adorable Emeline, mille mercis! A très vite!

      Supprimer
  9. Cél, ce poème est tellement émouvant ! Magnifique ! Il m'en a presque fait oublier l'objet initial de l'article ! Comme le dit Gwen, il est bien plus mélodieux et chantant à mes oreilles, que le boum boum boum mikaesque, auquel il semblerait que j'ai échappé cet été...
    À moi aussi, l'ébauche de dissert' m'a rappelé mes belles années prépa. Merci, merci !

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Mais je t'en prie Viki ;-) Très heureuse que cela t'ait plu et rappelé des souvenirs!

      Supprimer
  10. Alors là un commentaire sur une chanson de Mika (que je ne connaissais pas mais je vis dans un monde à part ) !! Très fort même si je préfère ta version. En revanche ça peut être intéressant pédagogiquement en AP par exemple pour travailler les réécritures et les niveaux de langue de faire réécrire la chanson aux élèves.
    Bises Francoise / nicefrany

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Ravie de fournir sans le vouloir des pistes pédagogiques ;-D
      Merci beaucoup Françoise!

      Supprimer

*Merci de vos mots! *