jeudi 10 juillet 2014

Encerclée

Bonjour les amis!

J'ai hâte de vous raconter un peu d'un mini-périple parisien !... Mais avant...
J'avais envie de vous parler en toute simplicité d'un nouveau repas. Oui, parce que, c'est pas tout ça, mais les vacances, ça creuse. En plus, vous m'aviez demandé d'autres idées de dîner...


Alors, après les grissini, virons de forme.


 




Il y eut le long, voilà le rond, il y eut la flèche, voilà la courbe.
Du trait droit, passons au cercle.
Du grissini, passons au bagel.

Les Italiens disent «maigre comme un grissini ». Je vous propose de quitter la maigreur et de retrouver le bombé, le dodu, le moelleux.


Cercle.


Un cercle. La forme est simple. On apprend aux touts petits à la dessiner sans lever son crayon, aux plus grands à le dessiner avec un compas, on agrandit le cercle de ses amitiés en même temps que le nombre de ses années, 365 jours, un cercle complet. On le dessine avec le pouce et l'index pour dire que tout va bien, on passe notre vie à entourer ce qui vaut le (dé)tour, à courir après le cercle de la montre, à réduire de périlleuses quadratures de cercles, à chercher des rondes avec ceux qui ont une valeur infinie. Infinie, comme deux petits cercles.
On tourne dans un monde pas toujours très rond, sans prendre le temps de regarder le cercle du soleil se lever et se coucher, sans prendre le temps d’aller vers l’autre en ligne droite, sans regarder notre ombre longue sur le sentier que nous choisissons. E pur, si muove. Et pourtant, elle tourne.
C’est le sens de « révolution » : un tour. Un volte-face. Combien de voltes-faces depuis qu’elle tourne autour du soleil ?


« Pourquoi est-elle ronde ?

-Parce qu’elle tourne !

-Pourquoi tourne-t-elle ?

-Parce qu’elle est ronde... »

(Jacques Prévert, dans le Roi et l’Oiseau)





C'est sans doute une des figures les plus belles. Une des plus simples, aussi, mais tellement riche, pour le mathématicien, pour le géographe. Aucune droite, que des courbes.
Je pensais, en regardant mes petits cercles dorés, au Chercheur d'Or de Le Clézio. (D’ailleurs, dans « Or », on voit et l’on entend tellement le rond ! ) C'est un beau livre qui m'est cher, et dans lequel, sans vous dévoiler toute l'intrigue, le narrateur revient à la fin à son point de départ, dans lequel la narration est finalement...cyclique. Je ne connais pas vos goûts de lecteurs, mais moi, ce sont mes romans préférés, ceux qui s'achèvent par un retour au commencement, mais comprenant une évolution interne ; ceux dans lesquels la boucle est bouclée, mais dans lesquels il y a eu évolution. Un retour aux origines mais avec quelques billes rondes dans le creux des mains. Quelques pétales en confettis.
Le retour sur soi, c’est si difficile, et si joli que ce n’est pas étonnant que la figure soit si périlleuse. Retomber sur ses pieds après avoir fait la roue, retrouver l’équilibre après avoir pris le temps de se regarder soi-même, cela tient de l’exploit sportif, intellectuel, vital pourtant.
Prenons le temps de faire des cercles.
Prenons le temps de faire des retours sur nous-mêmes, des voltes-faces pour regarder le chemin parcouru, des détours qui font de nos routes des danses arrondies et non des autoroutes droites.

Prenons le temps de dessiner avec nos bras des cercles autour de ceux qui sont la musique de nos danses.


Pardonnez ce texte bien pourri. J'ai les neurones en vacances. Mais je le laisse quand même ici, voilà, parce que, publier des recettes sans les entourer de quelques mots, je n'aime pas ça. Attendez, je relis, quand même.
 ...
 Encore toutes mes excuses, je viens de me relire, c'est navrant, vous avez le droit de vous moquer. Je suis sûre que c'est parce que je ne lis plus que Mickey-parade depuis une semaine. Vous avez le droit de vous goinfrer de bagels, aussi, parce qu'ils sont vraiment bons, je vous promets,you can be sure my bagels are better than my words!
En tout cas, je veux bien un autre texte sur le cercle, des idées, quelqu'un?...



Bagels aux courgettes jaunes et salade aux petits pois (tous ronds)

(veganfood, slowfood, superbonnefood)

 



-Pour les bagels

Note : les bagels sont un grand classique de la cuisine outre-atlantique. C’est la formidable Asima qui m’a tentée en en publiant de photos sur Instagram. En France, ils sont très difficiles à trouver. Je crois que dans des villes de taille raisonnable, c’est envisageable (et encore!) mais, moi, ici...

Donc, pour les bagels, il faut se remonter les manches ! Ne soyez pas effrayés, la recette est finalement assez simple, et vaut totalement le coup, d’autant plus qu’ils se congèlent parfaitement.

Ce qu’il y a de bien avec les bagels, c’est que, comme les petits pains, burgers ou joyeuses crêpes, ils sont variables à l’infini, en fonction de vos envies, de la saison, ou des contenus du placard. Merveilleux, un nouveau caméléon dans vos soirs de semaine, sain, gourmand, et tellement NY style ! 




-300 g de farine de seigle intégrale
-350 g de farine de blé complète
-1 cuillère à soupe de sel
-1/2 cube de levure fraîche (ou un sachet de levure à pain sèche)
-280 ml d’eau tiède
-100 ml de lait végétal
- 1 cuillère à soupe de mélasse (ou sirop d’agave, ou sucre!)
-4 cuillères à soupe d’huile d’olive

*Version MAP :
Mettez les ingrédients liquides dans le fond de la cuve, puis ajoutez sur le dessus les farines, le sel dans un coin, la levure sèche dans l’autre (ou le ½ cube de levure fraîche préalablement mélangé à 2 cuillères à soupe de lait végétal tiède), et lancez le programme pâte. A la fin du programme, déposez la pâte dans un saladier.

*Version à la main :
Mélangez les farines et le sel. Dans un petit bol, délayez la levure fraîche ou sèche à 2 cuillères à soupe de lait végétal tiède. Dans un autre saladier, mélangez l’eau tiède, le lait, la mélasse et l’huile d’olive.
Ajoutez progressivement le mélange liquide aux farines. Mélangez à l’aide d’une cuillère en bois.
A la fin, ajoutez le petit bol contenant la levure.
Mélangez pendant une dizaine de minutes, pétrissez à pleines mains, puis formez une boule, mettez-la dans un saladier et couvrez-le d’un linge humide, et laissez-le reposer pendant au moins 2h dans un endroit plutôt chaud.

Dégazez la pâte (chassez l’air qu’elle contient en la retournant quelques fois dans le saladier.), puis mettez le saladier au frigo pour la nuit.

Le lendemain, sortez la pâte et laissez-la respirer quelques minutes. Pendant ce temps, mettez une grande casserole d’eau à bouillir, et ajoutez-y une cuillère à soupe de sirop d’érable et une cuillère à café de bicarbonate de soude.
Préchauffez votre four le plus chaud possible.

Divisez la pâte en 7 boules. Façonnez chaque boule en bagel : aplatissez légèrement la boule, puis, à l’aide d’un doigt, creusez un trou au centre, que vous agrandirez en le faisant tourner autour du doigt. (Il ne faut pas hésiter à faire un trou plutôt large, parce que les bagels vont gonfler et le trou aura tendance à se refermer.)
A l’aide d’une écumoire, plongez les bagels formés deux par deux dans le bain d’eau bouillante, et laissez-les deux minutes pocher joliment. Ressortez-les délicatement (toujours avec l’écumoire) et déposez-les sur un torchon propre.

A ce stade, trois possibilités : soit vous laissez vos bagels tous nus (ils seront alors « plain »), soit vous les parsemez de graines de sésame, ou de pavot. J’avoue que je fais souvent les trois dans la même tournée.
On peut aussi dorer le dessus des bagels au lait végétal, mais j’aime bien qu’ils soient un peu roots...





Baissez votre four à 180° et enfournez. (Pour ma part j'ai un petit four et je fais deux tournées, cela me permet de m'occuper des autres bagels à tremper dans leur joli bain de bicarbonate...)
Faites cuire une vingtaine de minutes, jusqu'à ce qu'ils soient dorés.
Laissez-les refroidir sur une grille.
Congelez les bagels qui ne serviront pas tout de suite. Il suffira de les laisser décongeler à température ambiante ou à four doux ensuite.


Le repas-cercle



-Pour la salade, par personne :

Quelques feuilles de laitue
Une tomate
2-3 champignons gris
Une poignée de petits pois frais.



Oui...des petits pois crus ! Vous n’avez jamais essayé ? Pourtant, s’ils sont bien frais et jeunes, c’est un régal ! Oui, même pas besoin de faire bouillir de l’eau, ni d’allumer un four, recette idéale pour un soir d’été...

Sauce :
-2 cuillères à soupe d’huile de noix
-1 cuillère à soupe d’huile de sésame
-1 cuillère à soupe de vinaigre de cidre
-Un tour de poivrier
-Pour un bagel (à démultiplier!)
-Une demi courgette jaune
-2 cuillères à soupe de yaourt de soja
-Quelques graines d’anis (qui ont la bonne idée de s’entendre parfaitement avec la courgette)





-Dressez les bagels au dernier moment :
Épluchez la courgette si elle n'est pas bio. Découpez la, crue, en rondelles fines. (On peut remplacer par une courgette verte classique.)
Découpez un bagel en deux, toastez-le (au grille-pain).
Étalez sur chaque face un peu de yaourt de soja.
Ajoutez quelques rondelles de courgette jaune.
Saupoudrez de quelques graines d’anis (ou de fenouil)
Salez, poivrez, refermez.

Nota benêt :
Tout est bien-sûr variable à l'infini.
Si vous n'avez pas de bagel et que l'entreprise vous semble risquée, mettez cette petite garniture dans des pains à burgers, ou deux tranches de pain (de campagne, de mie....) toastés. Mais essayez l'association courgette (jaune, si vous en trouvez, c'est tellement bon!), et anis, vous m'en direz des nouvelles!)



13 commentaires:

  1. Oh Cél, tu arrives toujours à point nommé !
    Dans mon stock de légumes, se trouvent notamment une courgette jaune et des petits pois !
    La pâte à Bagel me fait un peu peur (et puis j'ai pas de congélateur !) mais je vais essayer quand même je crois. Tu en fais combien avec ces proportions ?
    En tout cas moi je l'aime beaucoup ton texte sur le cercle. Et je plussoie le "Prenons le temps de faire des retours sur nous-mêmes, des voltes-faces pour regarder le chemin parcouru, des détours qui font de nos routes des danses arrondies et non des autoroutes droites."
    Ça me parle beaucoup, beaucoup, beaucoup.
    Beaucoup quoi.
    Bisous Cél !

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Oh chouette alors! La courgette jaune, c'est un de mes légumes préférés de l'été, je pourrais en manger à chaque repas, c'est tellement customisable à toute assiette! ;-)
      Il ne faut pas avoir peur de la pâte à bagel, c'est l'étape du pochage la plus rigolote! Pour faire la pâte, n'hésite pas à bien fariner pour qu'elle soit maléable. Avec ces proportions, j'en fais 7, mais tu peux la diviser pour essayer, en faire moitié moins... Et après, si tu ne les congèles pas, ils se conservent quand même quelques jours.
      Tu es trop gentille pour les mots sur le cercle, je suis ravie que cela te parle. Cela me fait chaud au coeur, tu ne peux pas imaginer!
      Bon bagel alors ;-)
      Plein de bisous Mnêmo!

      Supprimer
  2. Such a beautiful post! I read it in French...but it's easier to reply in English!
    Thanks for the mention, you are too kind and so sweet!
    So happy you had a lovely time in Paris, my favourite city!
    These bagels look amazing, Bravo! Xoxo

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Ah ah, YOU are too kind, Asima! I'm so happy and grateful that I met you! See you soon my friend! xx

      Supprimer
  3. Coucou !
    ça fait bien longtemps que je n'ai pas laissé de petit mot par ici...
    Pourtant j'aurais pu, aussi bien sur l'article de Charlotte, dans laquelle je me retrouve beaucoup, qui m'a ému par la proximité de son histoire et la justesse de tes mots. Même si mon histoire diverge dans la finalité physique, elle n'en reste pas moins la même dans celle psychique...
    Ou bien sous ton joli poème parlant si bien de la complémentarité amoureuse et illustré par de jolies photos.
    Mais vacances aidant j'ai pris du retard dans tout ça !
    Alors je laisse un petit quelque chose sous cet article.
    J'aime les cercles. Et plus encore les sphères (est-ce pour ça que mon blog s'appelle bulle ?), sur elles tout glisse, elles peuvent rouler à l'infini sans s'arréter, revenir en arrière, faire demi-tour, se retourner, rouler encore, s'envoler. Elles forment une carapace, une protection, un aura, autour de ce qu'elles entourent, mais elles sont fragiles, volatiles.
    J'aime les bulles, j'aime les sphères et les cercles, ils sont la représentation de l'infini, l'éternel recommencement, l'échappatoire...
    Et j'aime les petits pois crus, tous ronds, tous sphériques, tous doux.
    Et j'aime ton bagel tout dodu, je n'en ai jamais mangé, il faudrait que je me trouve une version sans gluten pour plus tard, même si je ne suis pas sandwich, j'aimerais bien y goûter un jour quand même, et le plaisir de faire un petit pain tout rond avec un trou au milieu, ça ne se loupe pas.
    Je suis désolée mon texte ne tient pas vraiment debout mais je suis encore embuée ^^
    J'ai hâte de voir ton article sur Paris, je t'embrasse, passe une belle journée <3

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Oh que c'est joli... Merci de ces élégants mots, Gwenaëlle! Belle journée à toi aussi!

      Supprimer
  4. Pourri ton texte ???!! Alors tu ne tournes pas rond ma Céline !! :-p
    Il est, as usual, magnifique, et j'ai adoré cette ronde dans laquelle tu nous as entraînés...
    Le cercle, si simple et pourtant si complexe, symbolise tellement de choses ! J'aime ton idée de cheminement qui nous ramène au commencement.
    Et j'aime tes bagels <3 J'avais fait une recette de Cléa de pizza aux graines d'anis et c'est effectivement une association qui fonctionne à merveille.
    Merci Céline pour ces lignes enchanteresses, poétiques, et pour cette gourmandise toute en rondeur <3

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Pff, tu es trop drôle et trop gentille, Britt!
      Oh oui je me souviens de cette pizza de Cléa! C'est même sans doute celle-ci qui m'a fait aimer cette association!
      Merci à toi douce Britt. Ton passage ici me fait énormément plaisir.
      Tu es un petit chou...pardon, un petit bagel gourmand!
      <3

      Supprimer
  5. Je le trouve bien ce texte !! original et plein d'imagination...
    Encore de bonnes idées pour mettre de l'originalité et de la couleurs dans nos assiettes. Je mange de plus en plus de légumes crus (betterave, courgette, navet..), je ne cuisine pas la courgette jaune, plus difficile à trouver mais je vais essayer dès que possible.
    J'appréhende un peu la réalisation des bagels, je vais prendre sur moi et me lancer..Je voudrais réaliser également mes pâtes (brisée, pizza) affaire à suivre..
    Bonne journée et merci pour ce partage.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Oh oui, essaie ces bagels, tu verras, c'est tellement bon! :-))
      Pour les pâtes, n'hésite plus, c'est mille fois meilleur et moins cher que les pâtes toutes faites. En plus tu peux varier à l'infini (tu peux choisir et tester plein de farines, incorporer des flocons de céréales pour que cela croustille, des herbes dans la pâte, varier les corps gras (huile d'olive, de coco, purée d'amande, de cajou, tahini...), et faire tes variantes plus légères et plus saines! Veux-tu quelques proportions de base qui sont les miennes?... Mmmm, et c'est pour combien de personnes?

      Supprimer
  6. Bonjour,

    je ne sais plus où, tu avais parlé de boulettes de azukis au chili. J'aimerais savoir comment tu procèdes. Comme des falafels ??
    Merci beaucoup et bonne journée.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Bonjour! ;-)
      C'est sur Instagram que j'avais publié une photo, effectivement, ces petites boulettes sont délicieuses.
      Pour en faire une bonne vingtaine (tu peux diviser, ou alors elles se congèlent très bien, ce qui est drôlement pratique les soirs de pas le temps!)
      200g de haricots rouges ou azukis ou un mélange des deux CRUS
      150 g de concentré de tomate
      2 cuillères à soupe de farine ou de son d'avoine
      1 oignon coupé fin,
      1 poivron ou 1 betterave coupé(e) fin ou mixé(e), cru ou cuit (les deux fonctionnent)
      1 oeuf (facultatif),
      Sel, poivre, épices que tu veux, chili, tabasco...

      Tu fais cuire les haricots, puis tu mélanges le tout et forme des boulettes de la taille que tu souhaites. Tu peux aussi faire des galettes pour mettre dans des hamburgers.
      Mettre sur une plaque huilée et les rouler légèrement dedans pour qu'elles n'attachent pas.
      Cuire au four à 180° pendant 20 minutes.

      Bonne journée à toi aussi!

      Supprimer
    2. Super merci beaucoup.Je vais essayer ça rapidement.
      A bientôt.

      Supprimer

*Merci de vos mots! *