dimanche 4 mai 2014

Me revoilà! + "Le printemps dans mon assiette"

Me revoilà!
Vous m'avez manqué, les amis, vous le saviez, ça?...


J'ai passé 15 jours extraordinaires. Un voyage où tout tenait du ravissement. Une parenthèse magique, à deux, totalement à deux et coupés du reste. Une échappée belle au soleil, dont j'ai à la fois envie et hâte de vous parler, mais voilà...pas tout de suite!










Si, si, ça vient, hein, ne vous en faites pas, mais j'avais envie, d'abord, de fêter mon retour par une petite recette de printemps. Non que je veuille noyer mon chagrin de déballage des valises dans de bonnes assiettes (même si le fait de ne pas avoir eu vraiment la main sur la cuisine, pendant deux semaines, a été une pause bienvenue mais bien assez longue), ni que je préfèr(asse) me tourner vers ma table à venir que vers les charmants souvenirs de mon voyage. En fait, il s'agit plutôt de me ménager un retour en douceur, de renouer avec les plaisirs qui sont les miens, pour que la machine de l'avion ne vrombisse pas trop lorsque les roues touchent le sol. Autrement dit, j'ai eu besoin, en ce premier jour chez moi, de cuisinier une petite assiette ensoleillée, printanière, pour nous rappeler que les beaux jours arrivent, et qu'ici aussi, la vie est belle!




En plus, cela me permet de partager avec vous ce retour à la réalité en toute simplicité, avant de vous offrir quelques bribes de ce qui est encore dans les valises qui sont en vrac, au milieu du salon... Vous voulez bien?


Mais avant de vous expliquer cette recette d'atterrissage, j'aimerais vous dire tout ce que vous ne verrez pas dans le compte-rendu du voyage que je pourrai vous faire... Je me suis dit que ferait office de curieuse préface une petite liste qui m'amuse, (mais passez vite plus bas si vous le souhaitez!) :

*CE QUE VOUS NE VERREZ PAS DE MON VOYAGE...*


*La terre vue de l'avion
Mes appareils électriques étaient tous rangés ("jusqu'à l'extinction du signal lumineux au-dessus de vos têtes". Je suis une fille très disciplinée. Et en plus, je n'ai pas commis la folie de voir le spectacle à travers un écran, préférant coller ma frange courte et mon nez au hublot pour savourer un film dont je garderai seule le souvenir...)
Je n'aime pas trop l'avion, pourtant, j'en ai déjà parlé...Mais là, j'ai été particulièrement sensible à la beauté de ce qui se déroulait sous mes yeux passifs à l'aller, en plein jour, et de retour, en pleine nuit. On se sent tellement petit, quand la terre s'envole par le bas, comme un ballon qui s'échapperait à l'envers... Les champs en bocages se détachent, réguliers, petits carrés assemblés de toute les couleurs, couverture en patchwork de la planète. Et de nuit, oh, de nuit... Lorsque l'on atterrit, on se rapproche d'arabesques lumineuses, de constellations nouvelles qui sont celles des lumières de la ville, petits astres sans grande ours. Lorsque l'on est assez bas pour voir les routes, cela rappelle les tapis de jeux des petits garçons avec des avenues et des ronds-points, sauf que les petites voitures avancent toutes seules, sauf que les petits toits des maisons en miniature abritent de vrais dormeurs. Ces milliers de ronfleurs, ils n'en savent rien, mais ils sont la foule qui accueille le voyageur de la nuit, ils tendent leurs bras doux et obscurs à un retour à la réalité, à la terre ferme, qui, après tout, n'est pas si loin du ciel.

*Le gros pigeon
que mon amoureux de Dorian a voulu que je prenne en photo, tellement il était gros. Il a tellement insisté que je l'ai fait, mais je ne montrerai pas ce monstre ici, voilà. (En disant "ce monstre", je parle du pigeon, pas de Dorian. Même si je ne pense pas vous le montrer non plus. Quoi, si?...)



*Nos assiettes de restaurant.
Pourtant, les photos gourmandes, j'adore ça. Ceux qui me suivent sur Instagram le savent... Mais, je suis désolée, je n'ai pris aucune photo d'assiette pendant 15 jours. D'une part, j'avais besoin de ce lâcher-prise. D'autre part, je ne sais pas ce que vous en pensez, mais prendre en photo son assiette au restaurant est une pratique qui me laisse vraiment interloquée : je crois que c'est être un peu fou quand même, et en plus, je trouve que c'est un peu impoli, tant pour le chef que pour les autres personnes qui sont à la table du photographe....J'ai peut-être tort, il ne s'agit que de mon avis! Il reste que, voilà, j'ai hâte de vous parler de choses gourmandes italiennes, que je pourrai cuisiner moi-même, ou des repas italiens en général (comment s'alimenter en Italie, dites-moi, ça vous intéresse?) , mais je ne vous montrerai pas d'assiettes de ce voyage...(Et pourtant, les plats de pasta alla vongole, les pizze aux aubergines, les poissons grillés entiers avec des salades de roquette géantes, les soupes d'asperges au basilic frais, les tartines de tomates cerises sucrées recouvertes de parmesan, les petits bols pleins de pousses et de pignons, les...j'arrête là une énumération qui me met l'eau à la bouche! ;-))


*Marie Drucker,
qui prenait un Perrier rondelle sur la terrasse du magnifique café Florian place St Marc à Venise le Lundi de Pâques. (Véridique.) Elle était avec un homme, en plus, oui madame, qui me foudroie bien du regard sur la photo... Bon, je ne vous la montrerai pas, parce que je compte en tirer un bon prix chez la presse à scandale parce que cela ne nous regarde pas, bande de curieux.

*Le chauffeur du bus florentin
qui s'est énervé à un arrêt contre un passager qui voulait monter, à cause d'une longue histoire d'incompréhension de station et de billet... Il s'est mis à le traiter de tous les noms, poussant tous les jurons italiens légendaires, puis il a appelé (en conduisant, et à toute vitesse, et comme un fou), tous ses collègues pour leur raconter en criant (et en italien).


*La maman et sa petite fille
dans le petit salon de thé à la sortie du Palais des Doges, qui jouaient à la marchande en italien, devant leurs tasses finies depuis longtemps. Une fois que la maman a acheté tous les biens de l'épicerie du jeu, elles se sont servi un thé virtuel, qu'elles ont siroté en parlant avec l'accent des grandes dames. J'ai eu tellement, tellement envie d'aller jouer avec elles... Je n'ai pas pris de photo, évidemment, mais c'est tout comme, et cette image restera longtemps gravée dans ma petite tête inclinée.

*L'ambiance dans un supermarché italien,
imprenable en photo. Les italiens y circulent...comme ils conduisent, en fait. Ils foncent dans le tas, bousculent sans s'excuser, au point que nous devons paraître bien chochottes et précieux en bredouillant mille excuses et en nous tordant les mains dès que nous effleurons quelqu'un. Il ne s'agit pas pour eux, je pense, d'une quelconque impolitesse, simplement, c'est le rythme à suivre, qui ne les empêche pas d'être adorables par ailleurs. Mais il reste que tenter d'attraper une banane et un sandwich là-dedans relève du tour de force, de l'épreuve finale de Koh Lanta, du combat contre la tempête nocturne dans les vents déchaînés....et lorsque, dans le raz-de marée, on détient l'objet précieux, et qu'il faut affronter l'épreuve ultime du labyrinthe toujours curieux pour trouver la caisse, on lève les bras par dessus les vagues, et on tombe à genoux à la sortie. J'exagère. (A peine.)


Il reste mille choses, malheureusement, que vous ne verrez pas. J'en suis réellement navrée. Soit que ces choses n'aient pas été capturées par mon appareil photo, soit qu'elles demeurent des trésors de souvenirs dans mes mains, et dans celles qui tenaient les miennes toute la journée... Sans compter que les merveilles des musées resteront sans image, parce que è vietata la photographia, n'en déplaise à Michel-Ange, Léonard de Vinci et Boticelli...Et puis, j'ai pris plus de 1000 photos, je crains de devoir faire un tri certain...
Mais dans tous les cas, je suis profondément heureuse de prolonger un peu mes vacances en en parlant (un peu) avec vous, déjà avec cet article qui a des allures de prétérition géante.
A bientôt, tout bientôt, alors?...


*LE PRINTEMPS DANS MON ASSIETTE!*


Bon, passons à table, quand même. (Et bienvenue à tout ceux qui ont sauté allègrement par-dessus les blablas d'une bavarde enthousiaste et qui arrivent juste, welcome, je vous comprends, asseyez-vous les amis!)

 Concours

Donc, une petite recette de printemps. Ça tombe drôlement bien, Nolwenn, du blog La Belle au Blé dormant, a proposé un joli concours en partenariat avec "Plus de Coton", une marque bio que j'adore... Il fallait imaginer un "printemps dans l'assiette", avec une recette bio et sans gluten. Voilà ma version, qui est certainement imparfaite, trop simple, ou bien très basique, mais je vous assure, elle est délicieuse!
Elle se compose d'un bun sans gluten qui me fait totalement fondre, à base de farine de riz (ce qui le rend friable et moelleux à la fois), avec une pointe de pois-chiche toute douce et des petits grains de fenouil qui le rendent croquant en bouche. Ces petits buns peuvent être garnis comme on veut! Voici une des multiples façons de les accommoder, sucrée-salée (parce que j'aime bien ça), plutôt crue (parce que le printemps dans l'assiette passe par le cru, pour moi! Vous n'êtes pas d'accord?), riche en couleurs et en saveurs. Une façon très agréable de faire la part belle aux légumes frais que j'ai trouvés chez la marchande bio du marché ce matin...
Vous me suivez?


Assiette d'atterrissage et de printemps :

Buns aux fèves, fraises et roquette


-Pour 2 buns  (une personne):
-100g de farine de riz complet
-25g de farine de pois chiche
-1 cuillère à soupe de levure (sans gluten)
-Une pincée de sel
-Une cuillère à soupe de graines de fenouil
-2 cuillères à soupe d'huile d'olive

-1 yaourt de brebis (ou de soja)
-Quelques fèves fraiches
-Quelques fraises fraiches
-Quelques feuilles de roquette

-Pour la salade :
-Salade verte, roquette, graines germées...
-Une poignée de radis roses
-Facultatif : d'autres fèves et fraises!
-Quelques pignons de pin

-3 cuillères à soupe d'huile de noix
-1 cuillère à soupe de vinaigre balsamique
-2-3 fraises écrasées (il y a toujours quelques fraises écrasées ou très très mûres dans une barquette, pas chez vous?...)












*Préparez les buns :
Préchauffez le four à 180 °
Mélangez les farines, le sel, la levure, les graines de fenouil, puis ajoutez l'huile d'olive. Ajoutez un peu d'eau chaude pour former une boule de pâte. N'hésitez pas à le faire à la main, elle se forme très facilement et ne nécessite pas beaucoup d'eau.
Formez deux buns arrondis, puis disposez-les sur une plaque et faites-les cuire 1/2 heure, en les tournant à mi-cuisson. Laissez-les complètement refroidir sur une grille.


*Préparez la salade :
Mélangez les ingrédients de la sauce dans une coupelle et laissez-reposer au frais.
Assemblez salade, radis, fèves et fraises, pour napper au dernier moment de la sauce.
Toastez à sec les pignons dans une poêle, quelques minutes, ils doivent dégager une bonne odeur mais pas noircir. Disposez-les sur la salade.

*Assemblez vos buns :
Ouvrez-les (délicatement!) en deux avec un bon couteau.
Brassez le yaourt avec une pincée de gomasio et un peu de romarin.
Étalez ce mélange sur les deux faces du bun, puis disposez sur la base fèves et fraises. Ajoutez un peu de roquette sur le dessus. (Si on aime vraiment le sucré-salé, on peut ajouter un filet de miel liquide, c'est succulent!)

C'est une recette totalement adaptable, évidemment! On peut adopter cette garniture entre deux tranches de pain de mie (bio) grillé, ou deux tranches de pain (avec ou sans gluten), ou encore dans un petit pain à hamburger! Mais il serait dommage de passer à côté de ces petits buns sans gluten...Comme ils sont friables, si vous n'avez pas envie de vous énerver à les ouvrir en deux, vous pouvez très bien les déguster tels quels, avec la salade (ou tout autre plat) à côté!
En tout cas, ils ont parfaitement joué leur rôle de remonte-moral en cas d'atterrissage forcé, ces petits buns!
Je vous souhaite un printemps...bellissimo!






27 commentaires:

  1. Quel bonheur de te lire à nouveau Cél ! :)
    Ta petite mise en bouche de ton voyage m'a laissée toute souriante bien qu'on n'en verra pas les photos, on imagine facilement les scènes insolites, les italiens qui se rentrent dedans pour attraper je ne sais quelle provision, les images dans l'avion (je t'avoue que je ne l'ai jamais pris, enfin si, un petit une fois ^^ je me demande si j'aimerais ça, bien que j'aurais probablement peur de m'écraser ! ^^"), bref je suis pressée de voir les photos que tu nous donneras le droit de voir, même si j'aurais aimé voir le gros pigeon ! ^^ Et vous voir en amoureux aurait été aussi trop mignon je pense ;)
    J'ai envie de fraises moi ! J'en vois partout mais ici il fait bien trop froid pour qu'il y en ait et il me faudra attendre encore un petit moment si je ne veux pas les payer très très cher ! ^^
    Je t'embrasse Cél, je crois que tu nous as ramené le Soleil, merci <3

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. C'est trop gentil tout ça, Gwenaëlle! Je suis tellement heureuse de t'avoir donné le sourire, surtout après ton travail! Tu n'y retournes pas ce soir, j'espère?... Dans tous les cas je t'envoie toutes mes ondes de courage, avec l'accent italien!
      Oh, oui, l'avion, ce n'est pas grand chose en fait! Cela a de bons et de mauvais côtés. Il se trouve que, juste là, j'évoque le bon! ;-) J'ai hâte que tu voyages et que tu partages ton avis, je suis certaine que tu le feras tellement bien!
      Tu es trop choue de vouloir en voir plus! Ça vient, ça vient! Promis!

      Les fraises arrivent à peine sur nos marchés! Elles vont donc bientôt être chez toi! Et tu sais quoi? J'ai les premiers bâtons de rhubarbe de la saison, ça y est! Aaaaah... C'est marrant de revenir et de voir des fruits et légumes d'hiver, tout est plus en avance en Italie.
      Je t'embrasse aussi, et j'espère que le soleil d'ici, un peu pâle mais bien agréable aussi, va rester! A très vite, Gwen! <3

      Supprimer
  2. Ma petite Céline, je viens de lire ton récit de vacances en Italie. Quel plaisir d'avoir de tes nouvelles et surtout de te lire. Encore un talent que tu m'avais caché. Ton écriture est si belle... Les photos que tu nous fais partager et les quelques souvenirs que tu acceptes de nous livrer m'enchantent. Cela nous fait voyager, je me croirais presque en Italie. Je rêve de découvrir ce si beau pays. J'imagine que tu as la tête remplie de mille étoiles, de moments magiques et tendres avec ton petit mari, de souvenirs, de découvertes et de rencontres inoubliables. Je suis impatiente que tu me racontes tout cela mardi. En attendant, je vous laisse vous remettre tranquillement et tout en douceur de ce merveilleux voyage qui je pense restera graver dans vos mémoires. Bisous la belle.
    P.S : Moi aussi j'aurais aimé voir l'énorme pigeon!!!
    Marina

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Oh là là, ma toute jolie Marina... Je suis si heureuse de t'accueillir ici! Pendant longtemps, je n'osais pas donner l'adresse de ce petit endroit aux gens que je connais dans la vraie vie... J'ai franchi le pas il y a quelques semaines, et...je suis toute surprise de recevoir tant de compliments!
      Toi, ton avis compte tellement! Je suis flattée que tu aies apprécié ces quelques lignes qui ne sont qu'un avant goût, (j'aimerais bien en dire plus, dans les jours qui viennent, je vais essayer de trouver le temps, promis!), plutôt vite rédigées : merci pour tes compliments sur l'écriture, mais ici, elle est vraiment simple, et sans doute ai-je même oublié quelques fautes! Mais tu es trop mimi :-)
      J'ai hâte de te raconter en vrai, et de te revoir Mardi.
      Merci encore pour ton commentaire, si joli, si élégamment et gentiment tourné, qui est un vrai soleil et qui me touche vraiment!
      Bisous jolimarina ;-)

      PS : Rooooo, mais ce gros pigeon, bon sang, il va falloir que je le montre, alors? Ah ah!

      Supprimer
  3. Mais quel bel article que voilà ! Des photos magnifiques et une recette qui met l'eau à la bouche même après avoir dîné !
    J'ai hâte de lire la suite que tu nous feras découvrir sur ce beau voyage (et de nouvelles recettes aussi, hein !!) !
    PS : maintenant, je crois que tout le monde va vouloir voir ce gros pigeon !!!

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Tu m'as fait rire! Merci de ce très gentil commentaire petite fabrique! A très vite alors!

      Supprimer
  4. Coucou !! Que ça fait plaisir de te retrouver ! On sent ton enthousiasme et c'est communicatif. Je suis ravie que tu es passé de très bonnes et belles vacances. Tes petits buns ont l'air délicieux (à tester :)), ton assiette est magnifique (comme toujours) :)... Bref, j'ai hâte de voir tes prochains articles et prochaines photos sur instagram. Je te souhaite une très belle semaine. Bises, Hélène xxx

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Pfff, tu es troooop gentille Hélène! Oui, sur Instagram, j'ai partagé et je partagerai un peu plus! ;-) Très belle semaine à toi aussi douce Hélène!

      Supprimer
  5. Le supermarché et le chauffeur de bus m'ont beaucoup, beaucoup fait rire :-)))

    En revanche, j'avoue... moi je prends souvent mes assiettes en photo au resto ! Après m'être excusée si je suis avec quelqu'un et très discrètement... mais hum, j'aime bien garder un souvenir de la présentation, et pouvoir donner envie aux gens d'y aller sans me fatiguer à décrire, parfois. J'ai honte! Mais ce qui est sûr, c'est que cette photo d'un cuistot au repos est très belle, et bien plus originale comme souvenir de restaurant.
    Atterris à ton rythme, on attend la suite ! (1000 photos sans les musées, ni les pigeons, ni les assiettes ? Mais que reste-t-il ??)
    Dans le Midi je commence à manger d'excellentes guariguettes.
    Bonne chance pour le concours !

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Quel plaisir, quel plaisir immense tu m'as fait, toi, alors, pendant mon voyage! Je bondissais partout, je le répétais toute la journée à Dorian! :-) J'ai hâte d'en parler plus longuement avec toi, et d'arroser dignement ton succès si mérité!

      Pour les photos au resto, oui, toi c'est différent, toutes tes bonnes adresses de resto que tu partages m'ont d'ailleurs été bien utiles, ce sont mes valeurs sûres! C'est juste que je publie mes propres assiettes sur Instagram tous les jours, et que là...j'ai eu besoin d'une pause! J'aime bien cette photo du cuistot, et je suis ravie qu'elle te plaise.
      Les guariguettes du midi, aaaaaah....mais tu veux que je défaille, ma parole! D'autant plus qu'en ce moment-même, le reste de ma famille se promène à Aix, pendant que j'essaie de me remettre au pied de la Saint Victoire de Travail qui m'attend...Pffff! ;-) Bisous la Belle!

      Supprimer
  6. Cél, ton article est génial ! Et que dire tes photos... Elles "respirent" la vie, la chaleur et le soleil ! C'est super de te lire de nouveau :-)
    Je commence par le début ( j'essaye d'organiser un peu mes réponses, pour une fois ! ) : ton texte est formidable ! Tu m'as fait tellement rire !! Les supermarchés, quels (bons ? ) souvenirs, tout le monde court partout, c'est un peu déstabilisant au début ;-) Et j'veux l'voir ce pigeon, moi ! Oh, ce commentaire serait interminable ( et carrément indigeste, aussi ) si je commence à trop parler de l'Italie. D'ailleurs, voir toutes tes photos sur Instagram ( + ma soeur qui est allée à Florence une semaine avant toi ! ) m'a tellement donné envie d'y retourner... J'ai gobé des dizaines d'olives, avalé plein de tomates séchées et mangé des pizzas pour m'y transporter un peu ;-)
    J'arrive à ta recette. Elle est fabuleuse ! Et ces couleurs sont tellement vives, gaies et printanières ! Tes buns me tentent terriblement ( tu fais une cure "sans-gluten" après toutes les pâtes et pizzas ? ;-) ), de même que tes pignons, ta merveilleuse salade... Dommage qu'il n'y ait pas encore de fraises dans le jardin ! Je vais essayer sans, je suis certaine que ce sera exquis aussi.
    Bon, je m'arrête là, mon commentaire doit déjà être trop lourd à lire, et je m'en vais rêver de l'Italie...
    Bonne soirée !

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Pffff, tu es trop mimi, mimi-Gaëlle! C'est vrai, ça t'a plu, vraiment? Oh, si c'est vrai, je suis tellement contente! Tu as un œil d'experte, je t'assure, (en Italie et en photos!) alors tes compliments me touchent!
      Hi hi, gobeuse d'olives! Elles ont un tel GOÛT, là-bas! (Et que dire de celles que l'on déguste en Grèce... C'est simple, quand on revient, on ne touche plus à aucune olive rabougrie française! :-))
      En fait, je n'ai pas mangé tant que ça de pizze et de pasta, mais j'ai fait une cure de légumes d'été surtout, (et de musées, et de vent du large, et de soleil, et d'Art, et de farniente...), et j'ai l'impression de revenir au début du printemps ici! (Aussi, j'ai une overdose de café ristretti et de chocolat bianco, dont ils ont seuls le secret...) Oui, tu peux essayer la recette sans fraises bien-sûr! Mais dès qu'elles arriveront, je te conseille vraiment ce sucré-salé tout simple, et surtout cette sauce, qui est une tuerie! Plein de bisous, Gaëlle, à vite!

      Supprimer
  7. J'adore ton article et ta façon de montrer ce que tu ne nous monteras pas ;) ! Un partage virtuel qui laisse place à l'imagination de chacun ! Petite parenthèse, je suis comme toi en ce qui concerne les photos d'assiettes de restaurant...
    Et avec tout ça tu nous gâtes avec une belle recette printanière avec des associations auxquelles je n'aurais jamais pensé ! Merci pour ce rayon de soleil et cette chaleur transmis à travers tes photos !
    J'espère que la reprise n'a pas été trop dure ;)
    Bises

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Et oui Chrystel, montrer sans montrer, il faut être un peu folle, merci d'avoir tout de même apprécié, tu es trop gentille!
      C'était tellement chouette de ne pas totalement te perdre de vue pendant le voyage ;-) **
      Merci à toi pour tes gentils mots. Je te souhaite une semaine pleine de lumière, à toi et à ton adorable petit bonhomme! <3

      Supprimer
  8. Et bien Céline! Je me ballade sur ton blog de temps à autre. Je n'ai pas eu le temps de finir la visite. De nombreuses surprises me guettent encore au gré des clics... Tes derniers messages sont superbes. J'ai adoré rencontrer ton nuage et moi aussi j'aime ce genre de défis écrits, mais j'ai perdu la main, en devenant prof, je l'avoue, un comble! Tes photos sont rigolotes ou sublimes, dignes d'une artiste! Tes mots ou images, mettent vraiment du baume au cœur alors merci à toi pour ta douceur et ta créativité! J'ai hâte que tu me raconte ton voyage autour d'un thé ou le long du Dolo! Oui, on veut encore des photos, donc je suis allez faire un tour sur instagram, en catimini : magnifique! Quelles couleurs! Et le pigeon alors? Est-il si monstrueux? Quant à tes recettes, je me suis lancée dans la recette de nuage-tartelette crue banane citron. Sauf, que mes bananes n'étaient pas mûres, alors j'ai paniqué et bricolé un truc bizarre. Heureusement pour les amis que je recevais le reste était réussi et il y avait un désert maison de secours : ouf! A bientôt Cél et au plaisir de te lire! Marjolaine

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Tiens tiens, mais c'est un plaisir de vous voir ici, chère Marjolaine! ;-) Merci beaucoup de ces gentils mots! Je suis flattée et ravie que tu m'aies lu, que tu aies apprécié cet endroit, merci de ces gentils compliments!
      J'ai également hâte d'en parler plus longuement avec un petit thé avec toi!
      Ah oui, il faut des bananes qui s'écrasent, ça marche mieux...je suis certaine que tes invités se seront régalés quand même, et j'ai hâte que tu testes à nouveau alors! A très bientôt, en vrai, et ici, avec beaucoup de plaisir!

      Supprimer
  9. Je reviens pour laisser un petit commentaire en dessous de cette petite pépite qu'est ton article (je l'avais lu avant de vite rejoindre les bras de Morphée et n'avais pas pris le temps de commenter) J'adore ta façon de nous raconter les choses, ta poésie, et ce qui transparait de toi entre les lignes. C'est un plaisir de te lire. J'ai trouvé l'idée du "ce que vous ne verrez pas" géniale et j'ai beaucoup ri !
    A très vite

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. C'est vraiment adorable, Pauline, merci! Ton commentaire me fait tellement plaisir! Tant mieux si je t'ai fait rire :-)) C'est un bonheur de lire ton commentaire! A très vite, oui oui oui, et bonne nuit alors, si tu me lis juste avant de rejoindre Morphée ;-)

      Supprimer
  10. Moi, j'aime bien les choses imparfaites, trop simples et basiques. Surtout dans mon assiette ! Merci pour cette chouette recette printanière !
    Et ton voyage... Cela fait envie... Mais je l'avoue, il est tard, je n'ai pas tout lu. J'espère avoir le temps de revenir. Ces derniers mois, le temps file trop vite et je n'arrive plus à suivre les blogs que j'aime :-(
    Bises et à bientôt !

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Merci mille fois, Nolwenn! Tes mots me font drôlement plaisir. Je te comprends pour le temps qui passe trop vite... Et je suis incrédule et extrêmement flattée à l'idée de pouvoir faire partie des "blogs que tu aimes"?... <3 A très bientôt, et plein de bisous, Nolwenn!

      Supprimer
  11. Comment s'alimenter en Italie, oui, ça nous intéresse ! enfin ça M'intéresse ! J'ai hâte d'en lire plus (et moi aussi je veux voir le gros pigeon, au passage)
    (J'ai vu que tu avais goûté les glaces de Perché no à Florence... elles sont bonnes, n'est-ce pas ?)
    Bon retour, je ne suis là que depuis peu de temps, mais tes posts et photos m'ont manqué aussi.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Ah ah, labourseoulavie, tu m'as fait rire! Je viens de publier l'article sur Venise, et en fait...point de gros pigeon (bon, je vais peut-être le montrer quand-même, alors, décidément!), mais quelques clichés qui, je l'espère, feront un peu rêver...
      Oh tu connais Florence? Tu y es allée??? Nous avons adoré! Moins que Venise, qui reste notre indétrônable coup de cœur!
      (Mais pour les glaces, oui, Perchè no, haaaaargh... ;-))
      C'est trop gentil. Je suis heureuse de vous retrouver.
      A très vite!

      Supprimer
  12. Oui, je connais Florence... un peu... juste un peu... J'aimerais beaucoup y retourner, mais je ne connais pas Venise et c'est ma prochaine destination italienne. Rome est très belle aussi, mais ces voitures, toutes ces voitures... j'ai aimé le calme de Florence en comparaison.
    je vais de ce pas lire ton post sur Venise, pour me confirmer dans l'idée que l'année prochaine, c'est sûr, c'est direction Venise !

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Oh, si tu as trouvé Florence calme, tu vas adorer Venise, parce qu'elle l'est encore plus! Son aspect piétonnier y est pour beaucoup...
      J'avoue que je n'ai pas été gênée par les voitures à Rome, mais c'est vrai que c'est une ville qui bouge! Et qu'il faut trouver où se rendre pour trouver un peu de sérénité. Si je confirme des projets de voyage, alors, j'en suis comblée, vraiment! ;-)

      Supprimer
    2. Eh, si l'article Venise appuie ton envie d'y aller...tu me diras! Je n'ai pas testé beaucoup de glaciers vénitiens, mais quelques uns quand même... ;-)

      Supprimer
  13. Comme c'est rigolo cette idée de mettre en préface tout ce que nous ne verrons pas ! En tout cas j'aime beaucoup la poésie et les émotions qui transparaissent dans tes mots (je te l'ai déjà dit, je radote, mais c'est bien de radoter pour ces choses là) !
    Et pour la recette ces petits buns ont l'air parfaits... Sauf que je n'ai pas de farine de pois chiches, je n'ai que riz complet et farine de blé complète... Est-ce que je peux mettre l'une des deux pour remplacer tu crois ?
    Bon retour parmi nous (et quel rêve ces photos, quel voyage oculaire !)

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Oh oui tu peux radoter tout ce que tu veux, surtout si c'est pour dire de si gentilles choses! Je suis touchée, vraiment! Merci, Mnêmosuné!
      Pour la recette...j'ai appris ce matin qu'elle remportait le concours! ;-) J'en suis toute contente! Tu peux te passer de la farine de pois chiches, mais c'est dommage, parce qu'elle ajoute une note originale. Mais bon, tu peux bien-sûr la remplacer par de la farine de blé, ou faire des buns tout à la farine de riz! (Dans ce dernier cas, ils seront vraiment très friables. Fais les cuire dans des moules à muffins, ce sera plus pratique...mais c'est très bon aussi!)
      Merci de ces très gentils mots! Et bons buns alors!

      Supprimer

*Merci de vos mots! *