lundi 14 janvier 2013

La fille du pêle-mêle

Nos repas à deux, j'aime les préparer avec soin, et réfléchir à l'avance à quelque chose de précis dans nos assiettes. Mais, lorsque je mange seule, comme beaucoup de monde, je me retrouve bien souvent à l'heure du repas, frigo et appétit ouverts, sans savoir quoi mettre dans l'assiette tout juste sortie.
Je ne me résous pas pour autant à des plats tout prêts, qui me coupent toute envie de manger. J'en viens donc à assembler tout ce qui me tombe sous la main, en frais et en petites choses du placard, pêle-mêle, et par petites doses, en interrogeant mes papilles au spectacle d'associations parfois attendues, parfois curieuses, souvent surprenantes, toujours agréables. Je me fie à ce que je peux lire deçà-delà dans mes livres de cuisine, aux accords classiques ou innovants des restaurateurs. Ce que je recherche, à chaque fois, outre l'équilibre, c'est une harmonie des goûts, un peu de fort, un peu de doux, un peu de piquant, un peu de léger, un peu de salé, un peu de sucré. Et, aussi, une harmonie des consistances, à laquelle je suis sensible : "une bonne assiette se compose à la fois de croustillant et de moelleux", petite sentence que j'aime bien et que nous prononçons souvent avé l'accent de Cyril Lignac.

Ce midi, je me retrouvais donc devant mes placards bien remplis, avec l'estomac bien vide, et mon ventre criait famine sans savoir ce qui l'attendait.
Le pêle-mêle de ce midi était particulièrement réussi, et ce qui m'amuse le plus dans ce genre d'assiettes, c'est qu'elles sont totalement uniques : jamais je ne la referai telle quelle, d'une part parce que j'aime trop varier, et d'autre part parce que la probabilité pour que je dispose à nouveau et exactement des mêmes ingrédients est quasi-nulle. Je vous la livre donc, même si je doute que vous la reproduisiez à l'identique, mais surtout pour vous suggérer des accords réussis qui peuvent éveiller vos papilles, et, sait-on jamais, vous revenir en mémoire un jour de composition en solo.

Grosse assiette que jamais tu ne referas mais qui était une sacrée régalade.
-Quelques feuilles de chou frisé vert cru émincées
-quelques bouquets de chou fleur cru
-quelques feuilles de laitue
-1 tranche de jambon fumé
-1 figue sèche émincée
-quelques fleurs de persil
-un champignon blanc
-quelques copeaux de tomme de chèvre
-2 châtaignes grillées émincées
-1/2 orange en petits quartiers
-quelques noisettes
-1/2 radis noir en rondelles
-quelques raisins secs
-quelques lamelles d'endive crue
-Sur le dessus : 2 cuillères à soupe d'huile de noix et le jus d'1/2 citron

-4 grandes tartines de pain de seigle grillées et tartinées de chèvre, sur lesquelles j'ai mis des graines de courge, des pignons et du poivre.

2 commentaires:

  1. Mmmmmm pain de seigle, chèvre et graines, MIAM !
    Du croustillant et du fondant, 100% d'accord !
    Tu as vraiment le don pour décrire à la perfection et de manière drôle nos manies et égarements quotidiens :-)
    Mais je t'admire, moi je n'ai même pas le courage de découper / laver, alors en général c'est soupe en brique bio et toasts de tout et n'importe quoi, + un laitage et un fruit... Je sais, c'est pô bien ! Mais j'essaie de me rattraper le week-end.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Tes repas sont donc équilibrés quand même!! Mais j'avoue que je deviens une adepte un peu extrémiste du tout fait maison, de la soupe au yaourt, au point que mon entourage se demande jusqu'où j'irai dans l'autarcie alimentaire...(Traire le lait de mes propres chèvres? Faire pousser mon propre blé?) Cela dit, cuisiner est pour moi un vrai plaisir, qui stimule autant mon imagination que mon appétit. Et, si ça te dit, tu viens partager une assiette quand tu veux!

      Supprimer

*Merci de vos mots! *