lundi 14 janvier 2013

Interrogation existentielle

Hier, j'ai rapidement fait la vaisselle, puis, l'esprit occupé par des choses diverses, je me suis lancée dans une confection ultra rapide des meilleurs cookies du monde, ceux dont je parlais dans mon article sur le "double cookie". Ceux-là sont (ou étaient, parce qu'il n'en reste plus beaucoup...) à la farine de châtaigne et aux écorces d'oranges confites, parce que c'est une association qui marche merveilleusement bien en bouche. Sucrés au sirop d'agave, ils sont tout croustillants et légers, et on ne culpabilise même pas en en reprenant un autre. Je donne quand même la recette, même s'ils sont toujours sur la même base.




100g de farine de riz complète
40g de farine de châtaigne
80g de flocons d'avoine
100g de sirop d'agave
4 cuillère à soupe d'huile d'olive
3 cuillères à soupe d'écorces d'orange confites
1 pincée de levure
un peu de lait pour amalgamer

Or donc, je faisais très rapidement mon mélange, en pensant au temps, à la semaine à venir, et j'ai remarqué trop tard que la télévision était restée allumée. Je ne pouvais plus l'éteindre, parce que j'avais les mains enfarinées, et pourtant je ne la regardais plus. J'entendais vaguement les voix, et je reconnus, amusée, le jeu "Question pour un champion". Il s'agissait d'une finale, et, alors que les candidats ne trouvaient pas "je suis l'auteur de Tristes Tropiques", je leur suggérai à voix haute la réponse.
C'est alors que mes pensées vagabondes revinrent à même le plancher, et que j'eus une révélation.
Bon sang.
Ne me dites pas que j'étais, là, en train de touiller un saladier plein de farines, seule dans une cuisine allumée à la tombée du jour, à donner tout haut les réponses à Julien Lepers comme s'il pouvait m'entendre. Genre, j'ai pris soixante ans d'un coup d'un seul. Genre, Simone fait des jolis biscuits en espérant que son chouchou va gagner le 4 à la suite, et remporter la cagnotte parce que quand même, ça fait beaucoup de sous, qu'est-ce qu'on ferait Gégé avec tous ces sous. Passe-moi mes mots-croisés, après.

Ce constat ne m'a pas affolée, il m'a fait sourire toute seule. J'ai quand même regardé la fin du jeu, et le gars a remporté la cagnotte pendant que Simone allumait le four. Finalement, Lepers et cookies à la tombée du jour, ça ne me fait pas si peur.

Du moment que Gégé et moi on peut faire des trucs un peu plus rock'n roll pendant la cuisson.

2 commentaires:

  1. J'ai bien ri, et c'est le "post scriptum" que je préfère :-)
    le problème pour moi, c'est surtout de supporter Julien Lepers, en fait... sa voix m'horripile !! il n'est pas du tout rock'n roll... Qui pourrait-on mettre à la place ?

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Oui, sa voix est horrible, ainsi que sa posture faussement intellectuelle...Mais sans lui, le jeu ne serait plus le même!
      Peu d'animateurs télé ont une voix supportable, en fait... A la radio, elles sont plus mélodieuses! Il y en a une que j'adore, tant dans le contenu que dans la façon de parler, c'est Pascale Clark... Mais je ne l'imagine pas aux commandes de questions pour un champion!

      Supprimer

*Merci de vos mots! *