dimanche 4 novembre 2012

Cette nuit-là...


Cette nuit-là, les pierres du panthéon n'avaient pas la même majesté. La lune, muette et sage, veillait sur le banal et sur l'exceptionnel. Impassible, elle baissait des yeux sereins sur le fourmillement des petits hommes.

Cette nuit-là, le glacier derrière la piazza Navona servait ses coupelles avec de grands gestes et de grandes paroles à l'italienne. Le pâtissier, à côté, derrière ses pyramides d'amaretti de toutes les couleurs, gardait la porte ouverte malgré l'heure tardive, et engageait les passants gourmands à rentrer.

Cette nuit-là, les colonnes du templum de Marcus Agrippa abritaient quelques passants. Des touristes, des romains, jeunes et vieux, des "justes arrivés", des "bientôt repartis". Tous, dans l'éternité de ce bâtiment massif, des papillons éphémères qui promènent leurs sourires et leurs danses en arabesques autour de ces colonnes immuables.

Cette nuit-là, nous étions au milieu de l'univers, et en même temps à côté. Dans l'œil du cyclone et dans un angle mort. Cachés par une colonne, rien pour le monde, tout l'un pour l'autre.
Quelque chose de magique flottait dans l'air tiède de minuit.
Quelque chose de doux et de fort. Un délice, une saveur enivrante et têtue.

Cette nuit-là était banale pour tous. Unique pour nous. Un petit moment d'éternel. 

Cette nuit-là, notre "oui" murmuré dans le brouhaha confus de la place du panthéon était si fort, si clair à nos oreilles qu'elles en bourdonnent encore.

Cette nuit-là, chaude et noire, était ouverte vers la lumière. L'aube qui a suivi était si lumineuse qu'il nous semble que depuis, le soleil ne s'est jamais recouché.





Cette nuit-là tombait sous le signe de l'évidence, et du merveilleux à la fois. Son parfum d'unique est porteur de projets et de promesses qui nous comblent. Si ceux qui nous entourent de près ou de loin peuvent être, même légèrement, emportés par notre musique et touchés par notre partition, nous n'en serions que plus heureux encore.
Si c'est possible.


4 commentaires:

  1. Félicitations pour le "Oui" !!!!!!
    Sinon, comment dire... la magie des mots, la poésie des phrases... tu as un réel talent. Tu devrais songer à écrire.
    Odile

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Merci Odile! Ces compliments me font rougir. Je suis surtout heureuse d'avoir quelques lecteurs dans cette petite bulle virtuelle...

      Supprimer
  2. C'est merveilleux !! La lecture de ton magnifique texte ajoute à la beauté de la nouvelle, et le raffinement de ce bijou vous va si bien. Oui, tu as réussi à m'emporter un peu avec la musique de ta plume... Alors, tous mes (inutiles) voeux pour un bonheur d'amour toujours plus harmonieux et serein, et à très bientôt j'espère !

    RépondreSupprimer

*Merci de vos mots! *