dimanche 7 octobre 2012

Regain

Oui, oui, je sais, voilà des jours qu'il n'y a rien à picorer ici. Plusieurs raisons à cela, des journées trop remplies, des listes de trucs à faire qui n'en finissent plus, et plus on barre, plus on en rajoute en-dessous, enfin, le tourbillon.
Et puis, l'automne. Le vague à l'âme qui s'installe, que l'on repousse, qui insiste, au point que j'avais écrit un article sur lui. Puis je l'ai effacé. Comme si la suppression des mots pouvait supprimer le sentiment.
L'équilibre est chose curieuse. Il y a des périodes durant lesquelles on s'émerveille de trouver des satisfactions nombreuses dans le quotidien, durant lesquelles tout roule, durant lesquelles on a pleinement conscience des bonheurs qui s'offrent à nous et de la nécessité d'en profiter. Et ces périodes sont comme des trouées de ciel bleu, qui sont parfois balayées par des jours de tempête durant lesquelles on ne se satisfait de rien. Tout semble grisâtre, tout semble insuffisant, la moindre chose qui vient de nous paraît tristement bancale. De guingois. Et la moindre contrariété venant de l'extérieur se rajoute à cette insatisfaction généralisée comme un surplus intolérable, comme la pluie lors d'un événement déjà difficile à vivre.

Mais si ce post porte le titre du si joli roman de Giono, c'est que la tempête se calme. L'équilibre que l'on croyait perdu revient. Sans trop de raison. Sans vraiment que l'on sache d'où vient l'anticyclone, le ciel redevient bleu. Doucement, il nous rappelle que nous ne pouvons être satisfaits de tout, et que le quotidien n'est pas si mal. Pas mal du tout, même. Chanceux, nous sommes. Madame Chance, je l'aime bien, ce livre...

Avec une amicale pensée pour ma-copine-qui-fait-toujours-des-listes, je me suis dit que la liste des choses à faire ne suffisait pas. J'ai pris mon stylo violet que j'aime bien, mon petit Moleskine, et j'ai ouvert une AUTRE liste, une liste agréable, une liste jamais finie, à consulter et à compléter sans modération. La liste de mes envies, comme le livre. La liste des choses que j'aimerais faire, ou apprendre à faire, des plats que j'aimerais cuisiner, des petits cadeaux que j'aimerais m'offrir (ou me faire offrir:!). Il y a des tirets infaisables. Ou pas tout-de-suite, en tout cas. Et il y a des tirets ultra faciles. Des détails. Mais cette liste est un vrai rayon de soleil, j'aime la lire et la compléter. J'aime avoir la satisfaction d'en avoir accompli un tiret. Si j'ai du mal à être satisfaite de moi, autant l'être pour ces petits tirets-plaisirs, autant, sinon plus, que pour les tirets-travail.

Dans la liste, j'avais mis "faire une confiture de fruits séchés". J'avais noté cette recette depuis longtemps, et je ne m'étais jamais autorisée à la faire. C'était si bon, que ça m'a redonné l'envie de cuisiner, que j'avais un peu perdue dans ma tempête inutile, et j'ai depuis été prise d'une folie de la casserole qui ne s'arrête pas. (Des scones au quinoa, des blinis à la farine de pois chiche, des gâteaux aux pépites de chocolat, des tartelettes aux poires et des crumbles pommes-baies de goji, d'un seul coup, la cuisine sent bon, et je soigne mon poids dangereusement descendant.)
Un regain pour ce qui me plait : expérimenter des saveurs nouvelles et des repas dans lesquels tout est fait maison!
Ce petit bocal magique fait les délices de mes matins et descend à une vitesse folle...Sur des tartines de pain azyme, comme sur la photo, ça va très très bien... L'énergie revient...Le sourire avec...

Une jolie séance de yoga derrière tout ça, et zou...



Confiture de fruits séchés
 (ultra facile et rapide! Pour un pot.)
-5 figues sèches
-5 abricots secs
-4 dattes
-3 pruneaux
-une poignée de raisins secs
-70 ml de miel
-200 ml de thé (ou de tisane, ou d'eau chaude!j'ai mis du bon thé rooibos à la vanille, c'était parfait.)

Faire tremper les fruits 30 minutes dans de l'eau tiède. Retirer les parties dures, couper les fruits en petits morceaux, et les mettre dans une casserole avec le thé et le miel. Cuire à feu doux 30 minutes.



2 commentaires:

*Merci de vos mots! *