mercredi 1 août 2012

Le haut et le bas

Depuis que je suis rentrée, je cherche des yeux les pins, les oliviers, et les ruines. 


Dans cette ville, les arbres et les monuments s'élèvent toujours plus haut.
Dans cette ville, il suffit de regarder ses pieds pour imaginer les fouilles fructueuses que l'on pourrait faire à tout endroit.


 On ne sait plus où donner de la tête, en somme. Le naturel est à l'image des vieilles pierres, (à moins que ce ne soit l'inverse?) : il foisonne.

Dans cette ville, on suit les pas d'une civilisation si riche. On a les pieds qui se baladent sur tout notre héritage. Et la tête vers le ciel qui fut, un jour, le toit de Tite-Live et de Cicéron.
C'est plutôt étourdissant.

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire

*Merci de vos mots! *