mercredi 9 novembre 2011

On the road

        Les gens me disent souvent qu'il doit être pénible de faire des kilomètres matin et soir pour me rendre au travail. J'avoue qu'il n'en est rien. Au contraire, et c'est une réticente aux trajets en voiture qui le dit : avoir une chaude parenthèse de calme, soit en silence, soit avec une radio qui me plaît, cela permet de savourer l'avant et l'après. Cela permet de faire le point, le centrage sur ce qui vient, au bout de la route. Et puis, avec de jolies lumières matinales d'automne, comme aujourd'hui, la parenthèse en solitaire salutaire se fait particulièrement douce!

1 commentaire:

  1. Je pense de même... tant que c'est une jolie route de campagne et pas une voie rapide encombrée de camions !
    Mais moi aussi, qui n'aime pas le principe de prendre ma voiture, je m'y sens bien, j'aime conduire, cela me détend et je laisse les pensées défiler, s'arrêter. Il me vient souvent de bonnes idées pendant que je conduis !

    RépondreSupprimer

*Merci de vos mots! *